Sélectionner une page

Fury

Texte de Gaël Couturier, Photos Altra et GC.

275g (H) et 227g (F). Hauteur talon de 25 mm, hauteur avant-pied / métatarses de 25 mm et drop de 0 mm pour les hommes comme les femmes. 140€

Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0

Ce qui est vraiment merveilleux avec Altra mes p’tits sauvages c’est ce confort. Une fois que vous l’avez goûté, je vous préviens, il est extrêmement difficile de s’en défaire et d’aller voir ailleurs. Une autre des caractéristiques qui fait d’Altra une des marques à aimer sans retenue c’est qu’elle donne un bon coup de pied dans la fourmilière, encore aujourd’hui. C’est en effet toujours rigolo de se souvenir de ces moments difficiles et humiliants qu’ont passé les trois créateurs de la marque à leurs débuts. Golden Harper, Brian Beckstead et Jeremy Howlett se sont en effet fait rire au nez, littéralement, par quasiment toutes les marques de running bien installées à la fin des années 2000, quand ils ont cherché à faire financer leurs idées et leur marque sur les salons Outdoor Retailer de Salt Lake City alors qu’elle reposait pourtant déjà sur un principe imbattable : un avant-pied qui a la forme…du pied, et un drop qui est celui…du pied. Alors quand on constate aujourd’hui qu’Altra est un succès phénoménal parce que tout azimut, global quoi, un succès technique, un succès d’image et un succès commercial, on peut le dire : ça fait plaisir. Ça fait plaisir ! Et pour le coup, c’est encore un tout petit peu humiliant pour les managers de l’époque qui avaient dit « non…non…non…non… » comme chantait Polnareff n’est-ce pas ? Aujourd’hui encore, Altra bouscule les hiérarchies, les status-quo, les certitudes (aux côtés d’Hoka One One, ne nous le cachons pas).

Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0

Avant d’attaquer le détail de cette petite merveille, rappelons-nous le personnage du sergent Don ‘Wardaddy’ Collier joué par Brad Pitt dans le film Fury de David Ayer (2014)  :

– « You think it can’t get worse? It can. And it will* », Don ‘Wardaddy’ Collier, Fury. * « Tu penses que ça ne peut pas être pire ? Ça peut. Et ça va l’être ».

Celui-ci n’aurait en effet pas renié cette chaussure de combat.

On peut commencer par dire que cette Lone Peak 3.0, cinquième du nom (il y a eu les versions 1.0, 1.5, 2.0 et 2.5) est un peu différente de celle d’avant, la Lone Peak 2.5. La 2.5 étant forcément celle dont on se souvient le mieux : c’est avec ce modèle que la marque a vraiment fait son apparition en France dans le trail running. Par rapport à cette 2.5 donc, la tige et la semelle externe de notre 3.0 a vraiment été retravaillée. C’est même impressionnant. Cette tige, vous le verrez plus bas, est beaucoup, beaucoup, plus protectrice, plus protégée, plus dure, plus défensive, plus agressive aussi. Ce n’est ni bien ni mal : c’est juste que ce n’est plus tellement le même usage. Car là ou la 2.5 dans son ensemble était très passe-partout, là où elle se faisait rapidement oublier sur terrain dur, sur la route même – je l’ai portée sans aucune gêne sur les 21 km d’un Ironman 70.3 100% bitume en pleine chaleur – là où elle se rapprochait beaucoup d’une Superior, le fantastique modèle ultra light et rapide de nos p’tits gars d’Utah, notre 3.0 est globalement plus rigide, plus protectrice, voire carrément destructrice de tout ce qui va se trouver sur votre chemin. Un vrai char d’assaut !

Sa semelle externe confirme d’ailleurs très bien cette nature bagarreuse tant ses nouveaux picots sont plus prononcés, plus pointus, plus nombreux. Pour prendre une parallèle que les montagnards vont tout de suite comprendre : le modèle 2.5 était parfait sur un marathon du Mont-Blanc mais la 3.0 est désormais idéale pour un bon gros UTMB ou un vieux vicieux du type Grand Raid de la Réunion. Un dernier mot sur le rapprochement entre les modèles 2.5 et 3.0 et la différence au niveau de la semelle intermédiaire : « On ne change pas une équipe qui gagne mais on peut quand même faire rentrer des meilleurs joueurs » semble être la philosophie  des designers américains, Golden Harper en tête, quand ils se sont mis à retravailler cette semelle. Son épaisseur ne change pas, sa matière caoutchouteuse ne change pas, son amorti ne change pas. Mais son dessin est différent. Sur le côté externe ils ont en effet ajouté des encoches pour assouplir l’ensemble et ainsi contrer l’ajout de robustesse de la tige et de la semelle externe. C’est assez bien vu. Ça fait le job. Autrement dit, quoi qu’il arrive, vous pourrez dire : « Je passe ! »

Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0

La tige

Je ne sais pas si, réellement, le moule du chausson interne de la chaussure a été tant resserré que cela a été dit sur les réseaux sociaux américains. Je penche plutôt pour un léger changement et surtout un gros ajout de structure tout autour du pied comme je vous l’ai dit plus haut. C’est elle qui a tendance à mieux serrer le pied dans la chaussure. Cela dit, les largesses de la 2.5 n’ont à mon avis jamais vraiment été gênantes. Perso, j’étais plutôt fan de toute cette liberté qui s’accommodait très bien à la philosophie d’Altra : quelques cm en plus dans un espace habituellement comprimé qui provoque à la longue des ampoules. En revanche, il est vrai que la chaussure n’est plus aussi respirante que sa version précédente. Mais oh les blogueurs ricains ! On ne peut pas tout avoir : être hyper protégé et hyper aéré. Choisissez votre camps ! D’autant que le nouveau mesh est agréablement doublé, presque ouaté de l’intérieur, et offre donc un confort incomparable avec la version précédente. Donc une fois de plus, cette critique du manque d’espace interne que j’ai pu lire ici et là ne me semble pas tellement justifiée. D’autant que si vous avez connu la 2.5, il vous faut désormais prendre une taille au-dessous pour cette 3.0. L’erreur a donc été réparée. La chaussure chausse désormais comme elle se doit. Vous étiez en 9 US sur la 2.5 ? Passez en 10 US sur la 3.0. Encore une raison de plus pour l’essayer en magasin. A ce propos, petit rappel : il faut savoir ce que l’on veut quand on achète une paire de chaussure à 140€, et aller se faire conseiller en fonction de sa pratique et de l’utilité qu’on va faire d’un tel modèle haut de gamme. C’est sûr que cette nouvelle Lone Peak ne vous sera pas très utile sur l’Eco Trail de Paris par exemple. Elle ne vous gênera pas, non, mais c’est comme rouler en 4X4 en banlieue : vous n’abimerez pas votre bas de caisse mais vous ne mettrez pas non plus en avant toutes les qualités techniques de votre machine. Rien de grave donc.

Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0

Revenons un instant sur toutes ces protections. La chaussure est entourée d’une couverture plastique qui va repousser tous les débris du terrain et ainsi mieux protéger votre pied. C’est le « Medial Impact Shield », autrement dit un bouclier qui s’étend tout autour du pied, du talon jusqu’aux orteils. A ce propos, il est intéressant de noter que le talon de la nouvelle 3.0 est moins rigide que celui de la 2.5. La tige, dans son ensemble, est plus rembourrée. La languette aussi. Quand au système de laçage, il est plus précis car les 12 oeillets au design très classique ont disparu pour laisser place à 14 oeillets plus intelligemment positionnés : 7 d’entre eux au total sont désormais directement reliés à quelques bandes de maintien qui descendent sur la semelle intermédiaire. Cela a pour effet de bien mieux maintenir le pied dans la chaussure quand vous les serrez. Tout cela est très logique et Altra n’est bien entendu pas la seule marque à utiliser ce procédé. Enfin, on note l’apparition sous le premier lacet et à la base de la tige à l’arrière de la chaussure de deux accroches pour la guêtre made in Altra que, malheureusement, je n’ai pas eu le loisir de tester. Je le regrette et vais tenter de rectifier le tir ASAP. Au talon toujours, un oeillet en tissu pour les doigts a été ajouté afin d’aider au guidage du pied dans la chaussure. Décidément nos trois compères Mormons (pardon, on dit The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints maintenant), ils pensent à tout.

Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0

Semelle intermédiaire

Golden Harper, Brian Beckstead et Jeremy Howlett n’ont pas fait que créer des chaussures aux avant-pieds plus larges et au drop de zéro. Non. Ils ont également su faire des semelles intermédiaires de grande qualité. Vous êtes un peu haut perché sur le sol mais, curieusement, vous ressentez quand même légèrement les aspérités du sol les plus agressives. Si si c’est magique. Là encore, je le précise, ce n’est ni bien, ni mal. C’est juste une question de goût. Cette étrange sensation d’être extrêmement bien protégé tout en gardant un contrôle efficace sur votre pose de pied mérite d’être essayée. Je vous laisse voir mes commentaires sur la vidéo pendant mes tests terrain pour vous en convaincre.

Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0
Altra Lone Peak 3.0

Semelle externe

Elle a aussi bien évolué par rapport au modèle d’avant dont je vous parle depuis le début. Le caoutchouc est plus résistant, les picots, je l’ai dit, sont plus dangereux – pour les éléments, pas pour vous. Je ne pense pas en revanche que la chaussure soit aussi à l’aise sur la route que pouvait l’être la 2.5. Elle me paraît trop lourde et trop rigide pour ça. Mais bon, non, bien sûr, ce n’est pas sa fonction. RAS donc. Une bien belle semelle pour découper tout ce que vous croiserez et faire s’enterrer les taupes six pieds sous terre à votre passage – les crotales de l’Amérique du Nord aussi remarquez. Ça peut toujours servir.

Conclusion

Cette Lone Peak 3.0 est tel un tank qui détruit tout sur son passage. Elle résiste aux assauts les plus violents des éléments et sa rigidité inévitable disparaît peu à peu au bout de 10-12 km d’entraînement intensif sur terrain difficile. Autrement dit, voilà la chaussure pour attaquer les conditions difficiles sur courte distance ou toutes les conditions imaginables sur les trails longs, le tout, si possible, en montagne. Ce n’est en effet pas une chaussure typé été, désert et grosse chaleur. Ça tombe bien me direz-vous, on est aux portes de l’hiver ! Quant à la version imperméable en Polartec® NeoShell™, je vous promets un nouveau test sous peu. Stay tuned sauvages.

Altra Lone Peak 3.0

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This