Sélectionner une page

Quand Nike fait progresser l’humanité

Texte Gaël Couturier. Photos Nike.

Toute cette opération de communication parfaitement bien exécutée par Nike autour de ce « record du monde » du marathon n’est pas qu’un gros coup de pub rondement mené. Non. C’est aussi un moyen de faire avancer la science pour tous les autres coureurs amateurs du monde entier dans les domaines de l’entraînement physique, du mental, de la nutrition et de la récupération. Ainsi, si jamais le record ne tombe pas, Nike aura quand même servi notre communauté, le petit monde de la course à pied. Et puis s’il tombe, et bien Nike aura réussi son pari et démontré qu’elle reste la marque la plus déterminée et la plus douée dans le domaine de la recherche et du développement – même si, ne l’oublions pas : ce record restera bien relatif étant donné qu’il ne sera pas réalisé dans de véritables conditions de course.

Comme le dit encore si bien Sandy Bodecker, le vice-président des projets spéciaux chez Nike, Etats-Unis : « Un marathon en moins de deux heures est une des rares frontières du sport qui peut le bouleverser à tout jamais ». Pour y parvenir rien de tel que de la puissance physique et un mental de guerrier. « Ce qui différencie les très bons des meilleurs du monde c’est avant tout le mental » ajoute notre homme qui a donc sélectionné des coureurs exceptionnels qui devront réussir à se concentrer comme jamais ils ne l’ont fait auparavant.

Pour cela, ils pourront compter sur la technologie développée par Nike dernièrement, et notamment la chaussure Zoom Vaporfly Elite mais également la Zoom Vaporfly 4%, celle dont viennent juste d’être équipés les vainqueurs du marathon de Boston. Cette dernière chaussure devraient en effet permettre aux champions de réduire de 4% leur économie de course comparé à la Zoom Streak 6, la chaussure la plus rapide de Nike sur le marché jusqu’à présent.

Breaking2

Pendant des décennies, passer sous la barre des 2h est resté vain, un rêve touché du doigts mais jamais réalisé. Nike a commencé par lancer la semelle à gaufre, la fameuse waffle de Bill Bowerman, un coach universitaire et copain de Phil Knight, qui avait bidouillé sa paire de chaussures dans sa cuisine, littéralement. Des décennies plus tard, dans sa course à la vitesse en course à pied, Nike a par exemple lancé le Swift Suit, une tenue de running destinée à réduire la résistance au vent. Les chaussures Victory Elite ont également par exemple été réalisées pour alleger les fameuses pointes d’athlétisme. Aujourd’hui, ce sont sur les chaussures de marathoniens que se focalise l’enjeu.

Pendant un camp d’entraînement préliminaire à ce Breaking2, les athlètes sélectionnés par Nike ont tous été testés comme des petits rats de laboratoire, consommation d’oxygène en tête. Le résultat : des chaussures étonnantes que nous aimerions bien tester dans ces colonnes. Nous en avons bien entendu fait la demande à Nike. La réponse est pour l’instant négative. Il est vrai que la semelle intermédiaire des Nike Zoom Vaporfly 4% est assez incroyable : une mousse amortissante jamais révélée par Nike jusqu’à présent et qui doit apporter un retour d’énergie unique en son genre, une plaque de carbone unidirectionnelle qui décuple le rebond et un mesh en flyknit qui s’adapte au pied du coureur mais fait également preuve de qualité aérodynamique unique !

Vous pensez peut-être que 4% n’est rien ! Et pourtant. La différence est une affaire de quelques secondes par km, quelques petites minutes sur 42 km. La récente victoire de Shalane Flanagan à Boston y est clairement pour quelque chose. « Je me suis réveillée en sursaut la veille de la course parce que j’avais rêvé qu’on m’avait volé mes chaussures! » a-t-elle raconté. Pour le Dr Brad Wilkins, le directeur de l’équipe du NXT Generation Reseach Team au sein du laboratoire de recherche de Nike, le Sport Research Lab, a déclaré : « le niveau de connaissance que nous sommes en train d’acquérir grâce à ce projet Breaking2 est tout bonnement faramineux. Il dépasse le simple domaine de la course à pied et va trouver des applications dans tous les autres sports où Nike s’investit ».

Après les tests réalisés par les équipes de Nike sur quelques-uns des meilleurs marathoniens du monde – hormis ceux qui roulent pour Adidas – seuls trois ont été retenus : l’éthiopien Lelisa Desisa, le Kenyan Eliud Kipchoge et l’Eritréen Zersenay Tadese.

Le premier est âgé de 27 ans et son record personnel est de 2h04’45 » qu’il a réalisé en 2013 à Dubai. Il a également gagné deux fois Boston, une référence, en 2013 et 2015, l’année des attentats terroristes (en hommage aux victimes il a d’ailleurs immédiatement rendu sa médaille à la ville de Boston). Enfin, son meilleur chrono sur semi est de 59’30 ». Mentalement, le garçon est fort. Il ne manque pas de confiance en lui. Le chercheur en physiologie en chef associé au projet Breaking2 dit de lui : « Il nous donne toujours tout un tas de suggestions et est avide d’obtenir de notre part un maximum de conseils ». Dans sa préparation, le jeune homme s’est appuyé à travailler sa vitesse, sa concentration et sa nutrition. « Les chercheurs nous disent que c’est possible, alors j’y crois » explique-t-il.

Eliud Kipchoge est quant à lui âgé de 32 ans. C’est le champion olympique en titre (Rio en 2016). Il s’est imposé 7 fois sur la distance en 8 participations et est largement considéré par les spécialistes comme le meilleur du monde à l’heure actuelle. Son meilleur chrono est de 2h03’05 », le 3ème meilleur de tous les temps, réalisé à Londres l’année passée. C’est un coureur solide, régulier, passionné par l’approche mentale de la compétition. « Pour bien courir il faut bien réfléchir » témoigne-t-il. « Si vos pensées sont dispersées, alors vous ne gagnerez pas. Il faut être à la fois hyper concentré et hyper positif dans sa tête pour s’imposer ». Il s’entraîne à l’Ouest du Kenya, dans un camp d’entraînement en altitude, loin de sa famille et de sa maison. « Sa foulée est extraordinaire à regarder » intervient Philip Skiba, un autre chercheur associé au projet, un physicien et ingénieur de la performance. « Son regard montre qu’il est si parfaitement dans le moment présent, en train d’exécuter les consignes à la lettre, sans que rien d’autre ne le perturbe. C’est magnifique ». Le champion reprend : « D’abord je fais cela pour montrer au monde que la vie doit être faite de progrès, en permanence. Ensuite je le fais pour démonter que l’être humain peut encore et toujours, toujours, repousser ses limites ». C’est sans conteste le philosophe du groupe, le maître zen.

Enfin, il y a Zersenay Tadese, 34 ans, le doyen du groupe. Son caractère est à l’inverse d’Eliud. Il est le recordman du monde du semi-marathon (58’23 »). Il a participé à quatre olympiades et est cinq fois champion du monde du semi-marathon. Ancien espoir du cyclisme, la course à pied n’était au départ pour lui qu’un second choix. C’est pourtant un coureur agressif, qui se place en tête dès qu’il en a l’occasion et fait peur à ses adversaires. Son meilleur temps sur marathon n’est pas comparable à celui des deux autres champions (2h10’41 ») mais sa physiologie est exceptionnelle. « Son économie de course est unique au monde et c’est notre plus gros potentiel des trois » témoigne ainsi le Dr Andy Jones, un autre physiologiste associé au projet. S’il a pu pêché par le passé sur sa nutrition et son hydratation sur marathon (il a admis ne pratiquement jamais boire d’eau pendant la course) l’équipe Nike s’est assuré de lui faire changer ses mauvaises habitudes.

Car toute la question qui se pose aux unités de recherche de Nike qui encadrent ce projet est la suivante : comment aider encore plus ces coureurs qui sont déjà parmi les tous meilleurs du monde.

« En tant qu’athlètes élites, ils fonctionnaient déjà avec des planning d’entraînements très très poussés et qui fonctionnaient terriblement bien » révèle encore le Dr Brad Wilkins, le directeur de l’équipe du NXT Generation Reseach Team au sein du laboratoire de recherche de Nike, le Sport Research Lab. « Une part du secret de toute cette histoire réside dans le fait que les athlètes, et même ceux de très très haut niveau, n’ont pas accès au suivi que nous avons été capable de mettre en place avec des trois-là » termine-il très justement. « Quand vous cumulez les potentiels ajoutez cela à des potentiels déjà très haut, vous n’avez plus beaucoup de limites ».

Twitter  @nikebreaking2.twitter.com
Facebook @nike
Instagram @nike

Dans la même rubrique

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This