Sélectionner une page

La Cadillac de Brooks

Texte Frédéric Sultana, PhD. Photos Brooks.

301g (H) et 261g (F). Hauteur talon de 24 mm, hauteur avant-pied / métatarses de 10 mm. Drop de 14 mm. 170€.

J’ai utilisé ces modèles (très) haut de gamme de chez Brooks quasi quotidiennement pendant 3 semaines. Triathlète amateur passionné, j’étais en pleine préparation des championnats de France longue distance. J’ai donc effectué environs 150-200 km pendant ce test. Mon utilisation de ces chaussures a donc été intensive et répétée. Il ne s’agissait pas de mettre à l’épreuve la solidité du bonhomme – moi! – d’autant que certaines séances de course à pied étaient réalisées en état de fatigue. Car en période de sollicitations très importantes en terme de volume, il est essentiel de préserver l’intégrité de notre appareil locomoteur. Le rôle de la chaussure, n’importe laquelle, est essentiel dans la protection qu’elle est en mesure de nous apporter. Mes attentes étaient donc importantes dans ce domaine.

Tige

Voici une chaussure très agréable, avec ou sans chaussettes ! Je n’ai rencontré aucun problème de blessure au pied : pas d’ampoule, d’échauffement ou d’ongle abimé. La tige possède des propriétés élastiques qui contribuent au confort. Elle est particulièrement bien aérée sur les côtés. Le système de laçage est également bien conçu avec notamment un guidage du lacet sur la languette qui en assure son bon positionnement. Côté look, la voici décorée sobrement des motifs habituels de la marque de Seattle, qui ne semble pas disposer à revisiter son « look ». Personnellement, pour le     « vieux papy » que je suis, cela ne me dérange pas.

Semelle intermédiaire

En soulageant votre appareil locomoteur, vous protégez votre intégrité physique et améliorez même donc votre robustesse grâce à la pratique de ce sport, le running. C’est d’ailleurs LA qualité nécessaire et indispensable au coureur d’endurance de longue distance. La technologie Brooks Super DNA est efficace pour la protection des coureurs légers à des vitesses d’endurance longue durée. Vu le prix de la chaussure, il devrait en être de même pour les athlètes plus lourds que moi. Mais, bien entendu, je n’ai pas testé. Petit rappel sur cette technologie Super DNA : il s’agit d’un matériau développé par Brooks qui augmente les qualités d’amorti (25% de plus que le DNA habituel de Brooks) tout en apportant en parallèle du dynamisme, autrement dit du rebond.

Cette semelle intermédiaire est également réalisée avec un crash pad séparé, c’est à dire une partie talon indépendante du médio-pied bien qu’intégrée en une et une seule semelle. Quand le pied attaque le sol, cette fausse indépendance permet à la chaussure de s’adapter à votre foulée et de vous offrir uniquement l’amorti dont vous avez besoin. Bien sûr, c’est la théorie que la marque avance dans ses plaquettes marketing mais  globalement, j’ai trouvé que le système fonctionnait pas mal du tout. La transition vers l’avant-pied se fait sans mal.

Semelle externe

Avec des rayures en forme de vagues sur l’avant du pied, la semelle offre une bonne accroche sur route ou sur chemin. Après une période d’utilisation intense, les premiers signes d’usure apparaissent toutefois sur les crampons de la semelle. L’état de surface du plot super DNA sous le talon est bien abimé mais les propriétés mécaniques d’amorti semblent intactes. L’usure de la chaussure est donc normale. RAS. Je me suis fait peur ! Au rythme de ce que j’ai pu observer, j’estime entre 500 et 600 km la durée de vie de la Glycerin 15. Une gomme moins tendre auraient donc été un plus pour ceux qui ont du mal à changer de chaussures.

Conclusion

Habitué à courir en compétition avec des chaussures légères, j’hésiterais à utiliser ces nouvelles Glycerin dispo à la rentrée pour des distances inférieures ou égales au marathon. Cependant, quand il s’agit de courir en situation de fatigue lors d’un triathlon Ironman après 3,8 km de natation et 180 km de vélo, la Glycerin 15 est un choix intéressant, tant elle est confortable et réduit les douleurs induites par la répétition des foulées pendant et après l’effort. Elle est donc conçue pour « borner », sans mettre à l’épreuve la robustesse du coureur. En période de charge d’entrainement, les limites en la matière sont en effet vite atteintes. Le principe « entrainement difficile, compétition facile » n’est pas valable en matière de confort. Il est donc indispensable d’avoir de bonnes chaussures sûres comme allié. Si ce n’est pas le cas, la blessure peut subvenir et interrompre sa préparation, induisant ainsi un arrêt et un déconditionnement. La Glycerin 15 est un donc un très bon choix pour l’entrainement intensif, la compétition de longue distance et pourrait également convenir aux personnes plutôt lourdes sur toutes distances.

Dans la même rubrique

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This