Sélectionner une page

Testé sur la route

Texte et photos par Gaël Couturier

Lors d’un récent voyage au Canada sur l’Ironman 70.3 de Mont-Tremblant au Québec, à environs deux petites heures de Montréal, j’ai fais le plein de nouveaux carburants pour l’endurance. Des barres parmi les meilleures que j’ai jamais mangé et des gels à l’érable. Forcément.

C’est en faisant réviser mon vélo en arrivant sur place quelques jours avant la course que j’ai découvert une masse de produits de nutrition que je ne connaissais pas. Allez, Honey Stinger, d’accord, on connaissait (honeystinger.com). Ils font des gels énergétiques, des gaufrettes, des bonbons, des barres, le tout pour la pratique intensive de sports d’endurance. C’est une marque  née dans le Colorado, lancé par un apiculteur dans les années 50 – autant dire un précurseur ! Mais je n’avais jamais goûté leur barre protéïnée au chocolat noir, noix de coco et amande. Je ne suis pas fan de ce genre de barre pour la simple raison qu’après une grosse course ou un bel entraînement, on a déjà avalé suffisamment de gels et barres sucrées et qu’une énième barre du même type ne fait pas vraiment plaisir, au contraire d’un bon steak, burger, pizza, etc…  Passons. Par contre, un autre produit de chez eux que je n’avais jamais goûté ce sont leur gaufrettes à consommer à l’effort : les fameuses waffles. Je n’ai goûté que les parfums chocolat et miel mais quel régal ! Le matin de cet half-ironman, j’en ai mangé 3 avant la natation en guide de petit déjeuner, arrosée d’une grosse canette de Monster energy drink, et j’étais au top ! Le goût est fantastique, la texture n’est pas trop sèche, le produit se mache facilement et se digère également très bien. Vraiment canon. Il existe aujourd’hui un tas de  parfums plus attirants les uns que les autres : menthe-chocolat, vanille-chocolat, caramel au beurre salé, citron, cannelle, fleur sauvage, fraise, gingembre.

Une des vraies nouveautés pour moi ce sont ces gels Louis Garneau, les LG1. Louis Garneau est un phénomène. Ancien champion canadien de cyclisme, il a par exemple participé au JO de Los Angeles en 1984, l’homme aujourd’hui âgé tout juste de 59 ans a commencé par créer des vêtements pour le cyclisme dans le garage de son père, avec l’aide de sa femme en 1983. En 5 ans, son entreprise a embauché 118 salariés. Depuis, ce touche à tout du vélo réalise sous son nom non plus seulement des produits de vélo (des vêtements aux accessoires sans oublier les vélos eux-mêmes dont un certain Lionel Sanders, canadien et actuel champion du monde Ironman 70.3) mais s’est aussi depuis peu lancé dans la nutrition, principalement des gels dont la encore, les parfums sont très nord-américain et très inventifs : baies sauvages/pomme grenade, baie de goji/bleuets, fraises/fruit du dragon, raisins bleu/pomme, sorbet à l’orange.

La vraie découverte de ce voyage au Québec ce sont ces barres Pro Bar (theprobar.com), qui sont en réalité Nord-Américaine, de Park City, la station de ski en Utah à quelques km de Salt Lake City. La marque existait déjà au début des années 2000 mais elle était très confidentielle. Un riche passionné de vélo la découvre, adhère complètement à son côté bio et l’achète. Aujourd’hui la marque, toujours produite à Park City, Utah, propose plusieurs produits, principalement des barres, petites ou grosses. Les grosses, marketé comme suppléments de repas aux USA sont celles que j’ai utilisé sur les 90 km de la partie vélo de cet  Ironman 70.3 de Mont-Tremblant, Québec. Deux barres m’ont entièrement suffit pour tout le parcours. A pied, sur les 21 km restant à parcourir, je me suis juste alimenté de quartiers d’orange prédécoupés aux différents ravitaillements. Ce qui m’a vraiment plu avec ces barres, c’est le goût et la texture qui n’est pas sèche. J’ai eu l’occasion de faire une autre course en Juin, le Challenge Venise, qui est une distance Ironman complète : 3,8 km de natation, 180 km de vélo et un marathon pour terminer. En manque d’entraînement, j’ai utilisé cette course-là comme entraînement justement et je n’ai pas fait le marathon. Sur le vélo, je me suis alimenté en barre Clif Bar que j’ai trouvé bien sèche en bouche et m’ont demandé de constamment m’hydrater pour ne pas avoir la bouche extrêmement pâteuse. Pas top ! Sur le vélo au Canada, ces Pro Bar ne m’ont pas fait le même effet, du tout ! J’ai testé plusieurs parfum : Superfood slam et Superfruit slam. Ils m’ont vraiment épatés et je regrette de ne pas en avoir acheté davantage. En bouche, elles ne sont pas sèche et fondent…presque. Non, vraiment, c’est LA découverte de ce voyage. Les autres parfums disponibles donnent également très envie : almond crunch, peanut butter chocolate, chocolate coconut, banana bread…

Pour finir, un mot sur ces étonnant « sirop énergétique à l’érable » (rekarb.com – site en français!). On le sait, l’érable est un arbre typique du Canada. Tellement typique que sa feuille est l’emblème portée sur le drapeau du Canada, sur le carré blanc du milieu, entre deux bandes rouges. Je ne vais pas détailler ici comment se réalise le sirop d’érable, bien connu des amateurs de pancakes mais je vais juste rappeler que les ¾ de sa production mondiale se trouve au Québec. Rien de plus logique donc qu’une marque s’intéresse à développer de la nutrition sportive à partir du sirop d’érable. Pour bien faire les choses, la marque, Rekarb, n’a utilisé que des produits naturels (le sirop d’érable est un produit naturel, non transformé, sans colorant ni agent de conservation) auquel elle a rajouté un peu de sodium provenant de sel de mer. Notez que le sirop d’érable est à la base une excellente source de potassium, calcium et magnésium. Les parfums de ces petits gels sont au nombres de trois : érable, thé matcha (un thé vert) latte et cacao.

Dans la même rubrique

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This