Sélectionner une page

La course à pied serait-elle une activité sportive génératrice de bonheur ? C’est ce que nous dit Strava. Notre avis.

Par la rédaction. Photos © Strava

Strava, toujours dans les bons coups marketing et communication, vient de nous faire passer les résultats d’une étude de la Glasgow Caledonian University, en Écosse. L’étude portait sur 8000 personnes qui courent 5 km par semaine.

Résultats : 89% d’entre elles ont affirmé se sentir plus heureux dans la vie. Pow pow pow !!!

Ce que montrerait aussi cette étude – que nous n’avons pas vue – c’est la « forte connivence entre cette sortie régulière de 5 km et l’intérêt qu’elles trouvent sur le réseau social sportif Strava ». C’est du moins la conclusion de Strava. Ainsi, selon Strava, 83% de ces cobayes déclarent trouver de la motivation grâce à l’application californienne. Ce sentiment de bonheur aurait été mesuré sur les bases de l’Oxford Happiness Questionnaire, une méthode apparement utilisée par des scientifiques anglais et sensée mesurer le bien-être des cobayes sur plus d’une décennie. Sur une échelle de 1 (malheureux) à 6 (extrêmement heureux), les participants de cette étude auraient donc atteint une moyenne de 4.4 représentant un score donc plus élevé que la moyenne de la population générale anglaise (4). Bon, 4.4 ce n’est pas exceptionnel non plus hein. Et puis si les anglais étaient les plus heureux du monde, ça se saurait. De quoi remettre en question le bienfondé de cette étude ?

Ce qui est sûr en tout cas c’est que la pratique du running dans la communauté Strava aurait un impact plus positif que les autres sports que l’application permet d’enregistrer et de suivre (vélo, natation, etc…). Santé mentale, confiance en soi qui passe, notamment, par l’amélioration de son image physique…Strava n’en démord pas : le running c’est bon pour la santé, physique mais également mentale. Bon, après, tout, on est assez d’accord et il n’y a rien de très révolutionnaire là-dedans. Il est toutefois intéressant de noter que ce sont les femmes qui ont le plus largement témoigné de l’impact positif du running (et de Strava !) sur leur confiance en elles. Selon cette étude, il suffirait donc d’une seule sortie hebdomadaire d’à peine 5 km pour se faire du bien. Ça c’est quand même une bonne nouvelle et une vraie motivation pour ceux qui nous entourent et ne pratiquent pas encore le running. En avril 2018, 29 millions de membres Strava, répartis dans 195 pays, utilisent régulièrement Strava et plus de 3 millions courent plus de 5 kilomètres par semaine – notamment sur le format du « Parkrun », un concept de course organisée et gratuite de 5 km qui a lieu tous les week-ends et est très populaire chez ces cousins anglais.

En Angleterre, toujours, une autre étude scientifique, conduite cette fois sur un échantillon de jeunes gens et réalisée par le Royal Society for Public Health, démontre que les réseaux sociaux traditionnels : « accentuent, chez la jeune génération (les milleniums !), les problèmes de confiance en soi et les complexes liés à leur apparence physique ». Ce qui aurait pour conséquence directe de favoriser les maladies mentales, comme la dépression par exemple. Strava a depuis longtemps reconnu que : « par la négativité, le soin apporté à la sélection de son meilleur profil, la pression exercée pour filtrer la réalité et ne partager qu’une image idéale de soi-même, les réseaux sociaux distordent la réalité ». Soit. Mais ce que Strava met en avant justement avec cette dernière étude c’est que, d’après les communicants de l’application, 44% de ces cobayent évoqueraient le fait que le réseau social sportif améliorerait leurs rapports aux autres grâce à la possibilité d’encourager leurs partenaires ou de les féliciter dans leurs performances et réussites sportives. De même, 64% affirmeraient que Strava a un impact positif sur leur confiance en soi, et 47% témoigneraient de l’aide de la communauté Strava à se sentir justement mieux dans leur corps. Pas mal. Pas mal du tout.

Gareth Mills, responsable UK de Strava, aurait ainsi ajouté : « avoir des données aussi solides pour prouver que le running rend plus heureux et qu’il existe une connivence entre faire partie de Strava et le fait que courir 5 kilomètres par semaine renforce la motivation, est une excellente nouvelle ». Pour le running, et pour Strava aussi bien entendu. Mais ne soyons pas mauvaise langue. Beaucoup d’entre nous utilisent Strava à la rédaction et nous savons bien, les uns et les autres, que le running est très bon pour la santé, qu’elle soit physique ou mentale. Avec les résultats de cette étude, nous découvrons aussi – un peu surpris avouons-le – qu’il existe de vrais bénéfices psychologiques à faire partie d’une telle communauté aussi active et performante que celle de Strava. Car oui, on le dit sans honte : l’appli’ Strava est parfaitement rodée et efficace. Si elle peut encore souffrir parfois de petits bugs de niveau informatique (des chronos qui ne s’affichent pas toujours rapidement, des downloads qui ne passent pas immédiatement), mais l’ensemble est une très belle machine et une très belle architecture qui est, en plus, très facile à maîtriser. Restons prudents mais pour le moment, Strava, c’est du tout bon les amis.

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This