Sélectionner une page

E.T.

Texte et photos de François-Xavier Gaudas. Autres photos Garmin.

Fenix 5 Sapphire, 87g, 47mm, 699€, infos sur garmin.fr

Annoncée par Garmin au début de l’année 2017, l’américano-suissesse Fenix 5 est enfin arrivée au mois de mars en France et le moins que l’on puisse dire c’est que l’attente en valait L-A-R-G-E-M-E-N-T la peine. Dans la lignée de sa grande sœur la Fenix 3 (et non pas de Fenix 4 – j’explique pourquoi plus bas), la Fenix 5 fait tout ce qu’un sportif peut attendre d’une montre GPS haut de gamme. Enfin sauf le café.

Youpi ! Lorsqu’elle m’a été livrée, j’étais excité comme un bleu au départ d’une grande course. J’avais déjà pu tester le précédent modèle il y a deux ans et je m’étais dit à l’époque que je tenais entre les mains LA montre ultime. Celle qui allait obligatoirement m’emmener au bout de n’importe quelle distance, comme ça, en appuyant sur un bouton. Force est de constater que Garmin a encore réussi à me surprendre. Quand les p’tits gars du Kansas rencontrent une holding Suisse ça fait des étincelles !

Pourquoi la marque a décidé de passer de Fénix 3 à Fénix 5 ? La raison est en fait assez cocasse : la prononciation du chiffre 4 en chinois ressemble beaucoup à celle du mot « mort » et il y a donc comme une superstition autour de celui-ci. Et paf, vous avez votre anecdote pour bluffer toute la famille ce week-end.

C’est un produit pour connaisseur !

Tout d’abord soyons très clairs, cette montre s’adresse au profil de sportifs les plus ‘’hardcore’’, si vous vous contentez de deux sorties course à pied ou vélo par semaine et que vous ne dépassez jamais les 4-5h d’effort, allez dans un magasin spécialisé vous faire conseiller : vous pourrez vous tourner sans problème vers des modèles 2 à 3 fois moins chers et avec infiniment moins de fonctionnalités. La Fénix 5 est une montre GPS multisports très haut de gamme qui ne peut être concurrencée que par une Suunto Spartan Ultra (test en  cours. Stay tuned) ou… bah, non, c’est à peu près tout.

Voici la liste des caractéristiques de ce nouveau joujou :

– Antenne EXO en acier inoxydable et boîtier arrière en acier forgé étanche jusqu’à 100 mètres
– Ecran couleur haute résolution de 1,2 pouces, inrayable et incassable en version Sapphire
– Cardiofréquencemètre intégré au poignet (le must désormais)
– Mesure l’efficacité de votre entraînement, analyse de vos bénéfices et de vos progrès.
– Analyse de la VO2 max en course à pied et vélo (calcul du volume maximal d’oxygène que vous pouvez consommer par minute)
– Aide à la récupération et à l’évaluation de la performance pendant une séance de course à pied ou vélo
– Estime le temps que vous devriez atteindre sur les distances du 5km au marathon en fonction de votre VO2
– Training effect 2.0 : scores d’impact aérobie et anaérobie pour chaque session d’entraînement, qui vous donnent l’efficacité de vos entraînements.
– Multisports : course à pied, natation, triathlon, ski, golf, fitness… ne manque que le curling !
– Trackback pour ceux ayant un mauvais sens de l’orientation
– Altimètre barométrique pour connaître en toutes circonstances la température, l’altitude, le dénivelé et prévoir les changements de pression atmosphérique à venir.
– Notifications smartphone : SMS, email, alertes applications… tout y est. Ah et vos amis peuvent même vous suivre en live via la fonction GroupTrack et vous pouvez partager vos activités en bluetooth et wifi.
– Endurance de mammouth : deux semaines en mode montre intelligente, 24h en mode GPS, 60h en mode économie d’énergie UltraTrac
– T’es un boulet au Grand Raid de La Réunion et tous tes copains/copines sont loin devant ? Eh bien ta Fenix 5, elle, ne te laisse pas tomber !
– 1000 Waypoints
– 200 heures dans le journal de suivi
– Auto Lap, Virtual Partner / Pacer / Racer, podomètre
– Bluetooth, Wifi (uniquement sur les modèles Sapphire)

Rien que ça !

Par rapport à la série des Fénix 3

Des cartes topographiques (avec relief) sont disponibles sur la Fénix 5X, plusieurs tailles sont disponibles par modèle (cadrans de 42, 47 ou 51mm) et ceux qui ne sont pas Sapphire ne possèdent pas de wifi. Ah, et cette fois-ci vous disposez d’une large gamme de bracelets en silicone ou métal pour customiser votre montre selon vos envies. Ils sont vendus séparément au prix de 49€. C’est un peu cher mais la gamme est assez large et permet de porter cette montre dans un style soit sportif soit élégant / sobre pour la vie de tous les jours, ce que vous ferez très vite tellement elle est légère (87 petits grammes).

Pour résumer :

Fénix 5S = 42mm, disponible en verre normal et Sapphire
Fénix 5 = 47mm, même chose
Fénix 5X = 51mm, cartes topographiques (12 gigas de mémoire !), disponible uniquement en version Sapphire

L’apparence de la montre n’a que peu changé depuis la version 3. Elle est un peu plus affinée et les quatre boutons latéraux sont toujours présents. Ils répondent très bien et leur petit « clic » caractéristique donne toujours une espèce de satisfaction que je ne m’explique pas. On est bizarre quand on est coureur, je sais.

L’écran est d’une qualité bluffante et reste lisible même en plein soleil, c’est la première fois que je vois ça sur une montre GPS, encore plus avec un écran en verre comme celui-ci. Le rétroéclairage s’active et se désactive par simple pression d’un bouton et vous pouvez bien sûr personnaliser sa durée et son intensité. La Fénix 5 est également robuste, je lui ai fait subir -involontairement- une ou deux chutes à hauteur du coude sans faire la moindre rayure. Je m’adresse ici aux maladroits comme moi : si vous achetez cette montre, prenez la version Sapphire !

La navigation dans les différents menus est vraiment intuitive et la configuration se fait donc assez vite une fois la montre allumée pour la première fois : taille, poids, unités de mesure, cardio et il faut toujours passer par le logiciel Garmin Express pour télécharger les mises à jour et transférer ses activités, rien de nouveau sous le soleil. Vous pouvez d’ailleurs opter pour les solutions bluetooth et wifi avec ce modèle Sapphire, pratique si vous êtes loin de votre ordinateur et pour partager vos entraînements dans la foulée aux copains. L’accès au magasin du Connect IQ est lui aussi toujours de la partie et vous permettra de personnaliser votre montre avec des applications et interfaces créées par d’autres utilisateurs ou même avec des photos. C’est toujours aussi fun et grisant à utiliser. Qui n’a jamais rêvé d’avoir un menu avec une police AC/DC franchement ?

Garmin a ajouté une autre nouveauté sur cette gamme Fénix 5 avec l’accès rapide aux widgets, ces petites applications qui permettent l’accès à des informations comme la météo ou l’activité quotidienne (toutes les deux installées de base dans la montre) directement depuis l’écran d’accueil via une pression sur le bouton gauche. Ces informations sont également disponibles par la suite sur l’application Garmin Connect sur votre téléphone (iOS, Android et, surprise, Windows Phone) et en ligne car elle se synchronise en arrière-plan tout au long de la journée.

Passons maintenant aux fonctionnalités dans le détail

Tout d’abord le cardiofréquencemètre intégré. La différence avec le précédent modèle est que cette fois-ci, le capteur, bien qu’actif tout le temps, va parfois attendre quelques heures avant de se mettre à jour. Pendant l’effort il le fait en revanche toutes les 1 à 2 secondes et affiche des données tout à fait cohérentes. Grâce à celles-ci, la montre vous indique par la suite un temps de récupération idéal après une séance ainsi qu’un indicateur de forme. C’est également un très bon moyen de voir sa progression ou au contraire si les performances sont en baisse. Je n’ai pas observé de saute inhabituelle que ce soit en courant tranquillement (120bpm) en me mettant dans le rouge (160bpm) ou en étant simplement assis à mon bureau (57bpm). Du tout bon. Je précise aussi que si vous disposez d’une ceinture cardio bluetooth que vous utilisez avec une application compatible avec cette Fénix 5, vous aurez accès à vos données pendant l’effort. Cela demande juste un peu de bidouillage supplémentaire dans les réglages.

Du côté des fonctions d’entraînement, la Fénix 5 vous offre de nombreuses options. Il y a bien sûr tout d’abord l’entraînement classique où, après avoir sélectionné le mode souhaité (course, vélo, triathlon…), vous aurez accès à un grand nombre d’informations en direct telles que l’allure, la vitesse, le chrono, la distance, le rythme cardiaque, les calories brûlées, le dénivelé etc en naviguant sur les différents écrans. Vous pouvez aussi compléter vos données avec un capteur de cadence ANT+ lors de vos sorties vélo et pour obtenir celles du golf (score, nombre de putts, par…), il vous faudra télécharger la carte du parcours en amont.

Toutes ces informations sont facilement paramétrables donc pensez à le faire dès les premières minutes d’utilisation pour ne pas avoir à vous embêter pendant l’effort. Tout se fait depuis la montre contrairement aux modèles Suunto par exemple. Vous avez le choix d’afficher de 2 à 4 types d’informations à l’écran, largement suffisant si vous paramétrez deux à trois niveaux d’affichage.

Ensuite, Garmin vous offre également la possibilité de télécharger des entraînements prédéfinis ou d’en créer vous-même en ligne, comme sur la plateforme Flow de Polar à la différence que le bluetooth et le wifi de cette Fénix 5 fonctionnent beaucoup mieux et plus vite que chez la marque finlandaise, il faut le dire.

Ces entraînements sont évidemment plus complexes à utiliser que des entraînements de fractionné classique mais s’intégreront plus facilement dans un plan sur 8 à 12 semaines par exemple. La montre vous guide tout au long de chacun d’entre eux et vous n’avez plus qu’à mettre un pied devant l’autre ! Même chose lorsque les transitions sont activées dans le mode triathlon, la montre fait tout une fois que vous lui signifiez que tel sport est terminé. A noter que je n’ai pas pu la tester en piscine mais sous la douche et le robinet. Verdict :  elle ne s’est pas noyée…

Une fois la douche prise justement, direction le frigo…pardon, la plate-forme Garmin Connect pour voir ses activités synchronisées. Elle est vraiment agréable à utiliser, je pense qu’elle est la plus simple de ce point de vue là avec celle de TomTom (Stravaaaaa !!!! me crie mon triathlète de red’ chef…). Tout y est clair et les options de modification ou de personnalisation y sont nombreuses. Cela ne paraît pas grand-chose, mais j’apprécie de pouvoir rentrer quelle paire de chaussures j’ai utilisée pour mes entraînements et ainsi d’avoir un suivi de leur usure. Comme sur Strava et Nike+ oui, avec lesquelles la synchronisation de vos activités Garmin est possible d’ailleurs. Pas de problème du côté de celle de Running Heroes non plus, pas de points égarés en route !

Une autonomie d’E.T.

Comment tester une montre sans parler du sujet le plus apprécié des coureurs : le GPS. J’ai été vraiment surpris par l’autonomie de la batterie, même avec le GPS allumé. RAS de ce côté-là, il a même réussi le test du tunnel juste avant le 30ème kilomètre sur le marathon de Paris, contrairement à mes oreilles. L’acquisition se fait très rapidement, moins de 10 secondes que ce soit à Rueil-Malmaison dans le 92, boulevard Voltaire à Paris ou au milieu de la forêt en Seine et Marne. Cela m’a changé de ma Garmin 910 XT un peu vieillissante et lente de ce côté ! Testé également en forêt sur des sorties trail, il ne m’a jamais fait défaut et grâce à l’altimètre barométrique intégré, les informations sur le dénivelé de mon parcours habituel étaient tout à fait correctes. Avoir des informations sur la météo est également sympa, on gagne pas mal de temps avant de sortir de chez soi et surtout en montagne où le temps peut se dégrader très vite.

Garmin annonce 2 semaines d’autonomie sur sa montre en mode intelligent (GPS éteint). Pour ma part, je n’ai activé des fonctionnalités comme le bluetooth que ponctuellement pour voir si la connexion passait notamment bien dans le RER. Test concluant, les notifications arrivaient quand mon téléphone captait et, point non négligeable, étaient toutes extrêmement lisibles au contraire de celles sur la Polar M200 testée dans ces colonnes il y a peu. Vous pouvez d’ailleurs choisir de le laisser activé en permanence, il ne consommera pas de batterie tant que celui de votre téléphone est éteint.

 

J’ai réussi à pousser la montre plus de deux semaines avec une seule recharge, en marchant 5 à 10km tous les jours, participant à une course et trois entraînements d’une heure à une heure et demie. Vraiment bluffant ! Je n’ai malheureusement pas eu la chance de tester le mode Ultra-Trac annoncé à 60h d’autonomie car je n’ai pas d’ultra de prévu avant un moment. Pour vous donner une idée encore un peu plus claire de l’endurance de cette Fénix 5, ma batterie affichait 85 % après mon marathon de Paris terminé péniblement en… 4h22.

Conclusion

Fonctionnelle, intuitive, précise, entièrement personnalisable et dotée d’une endurance qui vient de l’espace, cette Garmin Fenix 5 n’a aucun défaut, hormis son prix, oui peut-être, et encore. En 10 ans de course à pied, j’ai pu tester une vingtaine de montres GPS de toutes marques et profils, sur tout type de terrain et de conditions climatiques (bitume, sentier, montagne, désert) et celle-ci est indéniablement la meilleure à ce jour.

Son prix est de 599€ pour le modèle de base, 699€ pour la version Sapphire et 749€ pour la 5X, sans compter les bracelets à 49€. Dites-vous qu’en acquérant ce bel objet, vous n’envisagerez pas d’en changer avant plusieurs années et que vous pourrez pratiquer absolument n’importe quel sport, n’importe quand et n’importe où.

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This