Sélectionner une page

800 concurrents de moins

Texte Gaël Couturier (6 fois finisher). Photos Ironman.

800 concurrents de moins pour l’Ironman France Nice du weekend prochain par rapport à celui de Juin 2016, représentant pour la plupart des annulations suite au changement de date en cours d’année. Et pourtant, à l’aube de fêter sa 13ème édition, après un deuil d’un an, suite à la cruelle et lâche attaque terroriste à Nice le 14 juillet 2016, la course marquera néanmoins le retour des événements sportifs sur la fameuse Promenade des Anglais. Un énorme travail de sécurité a été effectué par les équipes d’Yves Cordier et les équipes de la ville pour mener à bien cette organisation où des milliers de spectateurs se retrouvent pour admirer l’effort peu commun d’athlètes pros et amateurs venus du monde entier. Elu meilleur Ironman 2016 en Europe par les athlètes eux-mêmes, l’Ironman France Nice est donc sans conteste un des plus beaux du monde. Il sera sans aucun doute une fois de plus une très grande fête sportive. En attendant 2018, et le retour à sa date habituelle fin juin, ainsi que la première édition de l’Ironman 70.3 Nice – c’est à dire des distances divisées par deux – cette édition 2017 du week-end prochain rendra bien entendu hommage aux victimes du terrorisme et à leurs proches. Les distances : 3,8 km de natation suivis de 180 km de vélo, suivis de 42,195 km de course à pied.

« Aussi bien pour les athlètes que pour l’organisation, cet événement sera fort en émotion » nous a  déclaré Yves Cordier, ancien champion et chef d’orchestre de l’Ironman France Nice depuis 13 ans. Il a ajouté : « C’est naturellement que nous aurons un pincement au cœur en souvenir du 14 juillet 2016 où la Promenade des Anglais fut touchée par un acte terroriste. Nous devons donc tous nous unir et rendre ainsi un bel hommage sportif. L’Ironman France Nice sera le premier événement ici, sur la Promenade des Anglais, après un an de deuil et nous avons le devoir d’être respectueux. Les nouvelles mesures de sécurité imposent à chacun d’y mettre du sien pour vivre un événement inoubliable. La course a été élue « Meilleur Ironman en Europe » par nos athlètes, et 2017 sera une nouvelle fois une aventure incroyable pour tous. Je leur dis : profitez de chaque instant ! Vous vous êtes entrainés durement, vous en avez rêvé et vous y êtes. Du départ à l’arrivée, votre mémoire sera marquée de souvenirs inoubliables. Ce dimanche 23 juillet, vous serez « Ironman » ! Au nom de l’équipe Ironman France, je souhaite remercier chaleureusement nos volontaires. Prenez vous aussi le temps de leur dire merci. Je remercie aussi vivement la Ville de Nice pour son soutien et sa confiance envers l’Ironman. Pour finir, je tiens à remercier nos partenaires privés sans qui l’événement n’aurait bien entendu pas lieu ».

Parmi les VIP de cette année, il faut noter la présence de l’ancien tennisman pro suédois Magnus Norman.

Running Café : Magnus, les amoureux de tennis te connaissent bien. Peux-tu te présenter pour les triathlètes ?

Magnus Norman : Oui bien sûr ! J’ai été joueur de tennis professionnel pendant 10 ans avec un meilleur classement à la deuxième place de l’ATP. Finaliste de Roland Garros en 2000 et vainqueur de 12 titres ATP. Depuis maintenant 8 ans, je suis entraineur de tennis professionnel et notamment de Stan Wawrinka, vainqueur de trois grands chelem ces trois dernières années.

Running Café : Pourquoi avoir décidé de courir un Ironman et pourquoi le faire à Nice ?

Magnus Norman : J’ai toujours aimé les challenges et tenter de nouvelles choses. Mon frère a déjà couru quelques Ironman et je venais moi en tant que spectateur. En 2016, j’ai fêté mes 40 ans et j’ai décidé de vivre un défi. Je me suis donc tourné vers le triathlon avec l’Ironman 70.3 Jonkoping en Suède. Cette année, il était temps de passer sur le full distance et Nice tombait très bien dans mon calendrier.

Running Café : Comment s’est déroulée ta préparation ?

Magnus Norman : C’est compliqué entre les voyages et mes deux petites jumelles à la maison. J’ai donc décidé de rejoindre le Terrible Tuesday Triathlon Club à Stockholm avec Bjorn Andersson comme coach. Il m’a préparé un plan sur 35 semaines qui m’a beaucoup aidé. Ce furent les réveils les plus matinaux de ma vie !

Running Café : Comment as-tu géré ton programme avec Roland Garros en juin et Wimbledon en juillet ?

Magnus Norman : Je me suis levé tôt et forcé à rester calme lorsque je ne pouvais ni rouler ni nager. J’ai dû ajuster mon entrainement. Grâce au triathlon, j’ai été dans des lieux incroyables comme la piscine de Palm Springs en mars, les montagnes derrière Monaco et Genève, le Richmond Park à Londres ou l’hippodrome de Longchamp à Paris pendant Roland-Garros. Un super souvenir c’est par exemple nager une baie à Miami.

Running Café : Quel est ton objectif pour le dimanche 23 juillet ?

Magnus Norman : Prendre du plaisir, finir la course et me faire des copains.

Parmi les pros présent cette année, il faut noter le grand retour de Frederik Van Lierde. Le belge s’est imposé trois fois de suite ici : 2011, 2012, 2013. Il a également gagné le championnat du monde Ironman à Kona, Big Island, Hawaii en 2013. Il n’a toutefois pas renoué avec la victoire depuis l’Ironman de Cozumel au Mexique fin 2016. Infos : frederikvanlierde.com

Running Café : Frederik, comment allez-vous et comment s’est passé votre préparation pour cet événement qui vous tient à cœur ?

Frederik Van Lierde : Tout va bien pour l’instant. Je m’entraine dans le Nord de l’Espagne. J’ai aussi passé 3 semaines à Font Romeu en Juin avec plein de kilomètres et d’entrainements en montagne qui seront très utiles pour le parcours vélo à Nice. J’ai aussi gagné le triathlon International des Sables d’Olonne, organisé par mon club, LSVT. Ce fût un bon test, une bonne ambiance et de très bonnes sensations! Ma préparation s’est donc très bien passée. Depuis les 70.3 d’Aix et de Barcelone où j’ai fait 3 et 4, j’ai fait beaucoup de kilomètres à vélo et je me sens vraiment bien et prêt pour Nice maintenant.

Running Café : La course offre toujours un beau plateau. Cette année il y a Llanos, Chevrot, Del Corral, Costes ou encore Zyemstev. Quelle va être votre stratégie ?

Frederik Van Lierde : Je suis toujours content de voir que le plateau des concurrents est très élevé parce que ça m’aide à monter en puissance et élever mon jeu comme dirait Magnus Norman. Souvenez-vous de la course livrée entre Bart Aernouts et moi en 2013 (Fredrik finit par s’imposer, ndlr) !

Running Café : Vous connaissez le parcours comme votre poche, quels conseils donneriez-vous aux participants ?

Frederik Van Lierde : Celui de bien gérer sa propre course. Il fera chaud, le parcours vélo est très beau, mais aussi très exigeant et après il y a encore un marathon. Donc écoutez bien votre corps et vos sensations! Ne partez pas trop vite.

Running Café : Avez-vous un rituel d’avant-course ?

Frederik Van Lierde : Aller chez le coiffeur 4 jours avant. Non, plus sérieusement, les derniers jours, je cherche à prendre le plus de repos possible. Quelques siestes ici et là, me détendre, me reposer et profiter de l’ambiance aussi.

L’espagnol Eneko Llanos n’est plus tout jeune. À 41 ans, celui qui est de l’époque des australiens Chris McCormack, Craig Alexander ou encore de l’allemand Normann Stadler a laissé derrière lui ses meilleurs résultats. Il n’en reste pas moins un grand champion, toujours professionnel et qui a l’expérience des grands rendez-vous pour lui. Il a notamment participé à deux olympiades en 2000 et 2004, à Sydney et Athènes. La surprise de le retrouver à Nice est d’autant plus grande qu’il vient de terminer second de l’Ironman d’Autriche le 2 juillet dernier, juste derrière le champion du monde incontesté, l’allemand Jan Frodeno. Infos : enekollanos.com

Running Café : Eneko, c’est un peu une surprise de te voir débarquer sur cet événement, après une deuxième place à l’Ironman Autriche il y a deux semaines à peine. Quelles sont les raisons de ce choix?

Eneko Llanos : J’ai toujours voulu faire l’Ironman France Nice. C’est une course qui m’inspire depuis les années 90 lorsque j’ai débuté le triathlon et qu’Yves Cordier s’imposait déjà ici. Je n’ai jamais trouvé le temps dans mon calendrier pour venir la faire mais cette année, après quelques changements dans ce dernier justement, j’ai le plaisir de pouvoir y prendre part ; même si bien sûr enchaîner deux Ironman à trois semaines d’intervalle n’est pas trop l’idéal…

Running Café : Dirais-tu que c’est une course pour les athlètes d’expérience ?

Eneko Llanos : Zyemstev, Del Corral, Van Lierde et moi sommes tous âgés de plus ou moins 40 ans. Sommes-nous pour autant parmi les favoris ? Je ne sais pas. Peut-être que c’est une course pour vieux, comme moi. On verra bien. Non, soyons sérieux, l’expérience est ici utile car le vélo n’est pas facile et celui qui s’emballe ne peut pas faire un bon marathon, à moins qu’il soit dans un très très grand jour bien sûr. Je pense que c’est une course pour celui qui sait gérer son effort. Mais c’est un peu la règle sur tous les Ironman non ?

Running Café : Quel est ton programme avant la course ?

Eneko Llanos : Du repos, bien manger, récupérer et profiter de Nice. C’est un coin de la France que je ne connais pas mais beaucoup d’amis m’ont bien vendu la région. Je suis impatient de la découvrir.

Running Café : Tu as réalisé deux sub-8h sur cette distance Ironman, ce que bien peu d’athlètes ont réalisé. Tu as aussi un podium au championnat du monde, deux olympiades… Quelles sont tes attentes lorsque tu fais des courses maintenant ?

Eneko Llanos : Comme toujours, mon premier objectif est de faire de mon mieux, d’être capable de performer à 100% et de vivre l’expérience à fond. Après, je ne vais pas mentir : je souhaite bien entendu être sur le podium et sécuriser mon slot pour la grande finale de Kona du mois d’octobre. Parce que ça reste la Mecque.

Running Café : Est-ce que tu peux dire quelque chose aux amateurs qui prendront le départ ?

Eneko Llanos : Je pense qu’il est important de vivre l’expérience à fond, du premier entrainement que vous avez fait jusqu’au jour J. Nous voulons tous être finisher avec un temps et un classement intéressant, mais faire un Ironman c’est bien plus qu’un chrono. C’est un voyage où l’on apprend beaucoup sur soi et je pense que le plus important est de savoir apprécier chaque moment, d’être reconnaissant envers ceux qui nous soutiennent. Cela demande un peu de maturité.

Des pros masculins oui mais des pros féminines aussi bien sûr. Nous en avons rencontré quelques-unes : l’américaine Lisa Roberts et l’australienne Annabel Luxford. Leur résultats ? Lisa Roberts a fait 4ème du long de l’Alpes d’Huez l’an dernier, 2ème de Nice en 2015 et surtout 3ème du Challenge Roth du 9 juillet dernier. Aura-t-elle totalement récupéré ? Infos : lisajroberts.com. Annabel Luxford est assez nouvelle sur les longues distances. A voir si Nice lui réussi…ou pas. Infos : annabelluxford.com.au/

Running Café : Bonjour Lisa, bienvenue à Nice, une nouvelle fois ! Vous avez déjà couru ici en 2013 (4ème), 2014 (3ème), 2015 (2ème). On imagine bien quel doit être votre objectif….

Lisa Roberts : En effet (rires). Je viens ici à Nice pour obtenir une 1ère place tant attendue. C’est définitivement mon objectif et la raison pour laquelle je suis de retour. Mais c’est aussi ma course favorite.

Running Café : Après l’attaque terroriste, vous avez envoyé un email aux organisateurs. Faire l’Ironman cette année, c’est un moyen pour vous de rendre hommage à la ville et aux victimes je crois.

Lisa Roberts : Oui, tout à fait. La ville de Nice a toujours eu une place spéciale dans mon cœur et après l’attaque terroriste, j’ai été vraiment très attristée, surtout que j’ai de bons amis qui habitent ici. Revenir dans cette somptueuse ville sera donc l’occasion de lui rendre hommage, ainsi qu’aux victimes bien entendu.

Running Café : Que souhaiteriez-vous dire à la population locale ?

Lisa Roberts : Aux habitants de Nice, je souhaite dire qu’ils ont une maison magique et magnifique qu’ils appellent Nice. Il faut se le rappeler sans cesse, même dans la difficulté. Les gens viendront toujours visiter cette ville incroyable et les soutenir. Il faut dire que leur accueil et leur enthousiasme pendant la course est dingue pour nous-autres les athlètes.

Running Café : Vous êtes bien préparée ?

Lisa Roberts : Ma préparation a été plutôt bonne cette année, avec un peu plus de temps d’entrainement dans les Alpes. Après avoir eu une blessure au pied en début d’année, j’ai retrouvé ma forme et je suis au top. Mon vélo et ma natation sont plus forts également.

Running Café : Quels sont vos prochains objectifs ?

Lisa Roberts : Continuer à m’entrainer en Europe l’été et faire une belle campagne de courses en automne et en hiver.

Running Café : Un conseil aux athlètes de dimanche ?

Lisa Roberts : Soyez confiants ! N’y pensez pas trop en amont et profitez surtout des bons moments. Il y aura des moments durs mais il faut les laisser passer. Et savourez cette dernière ligne droite. Quelle Finish Line ! lisajroberts.com

Running Café : Annabel, bienvenue à Nice. Pourquoi venir faire l’Ironman france Nice ?

Annabel Luxford : Nice est une course réputée dans le monde entier avec une histoire forte. Je voulais faire un Ironman où je pourrais rentrer avec des souvenirs, et pas seulement un résultat.

Running Café : Soyons honnête, vous êtes plutôt une spécialiste du 70.3 avec de nombreuses victoires. Souhaitez-vous maintenant performer sur la distance du dessus ?

Annabel Luxford : Je vais donc être honnête : je sens que je ne maitrise pas encore le full distance. Réussir la course parfaite est encore un chantier pour moi. J’ai changé quelques éléments dans mon entrainement et dans ma vie pour y parvenir le plus rapidement possible. J’ai même arrêté mon job pour le moment. J’espère que ça va payer.

Running Café : Championne du Monde Ironman, vous y croyez ?

Annabel Luxford : Bien sûr ! Qui n’y pense pas. Mais c’est trop tôt. Je pense surtout à essayer de faire une performance ici à Nice, petit à petit, être satisfaite et fière de moi. Ce que je n’ai pas fait pour le moment.

Running Café : Comment s’est déroulée votre préparation après votre victoire au dernier championnat d’Europe Ironman 70.3 à Elsinore au Danemark ?

Annabel Luxford : J’ai été à Girona en Espagne où j’ai eu cinq bonnes semaines d’entrainement. Il faisait vraiment chaud, ce qui m’aidera sûrement pour Nice.

Running Café : Avez-vous été reconnaitre le parcours vélo ? Qu’en pensez-vous ?

Annabel Luxford : Je ne suis jamais venue à Nice, non, mais cela à l’air spectaculaire. J’ai vu les images vidéos des années passées. C’est une bonne combinaison de difficulté et de beauté. Ça me plait.

Voici la liste complète des pros, dont pas moins de 14 français.

Les hommes :
1 Del Corral Victor, Espagne
2 Van Lierde Frederik, Belgique
3 Degasperi Alessandro, Italie
4 Zyemtsev Viktor, Ukraine
5 Chevrot Denis, France
6 Costes Antony, France
7 Guilloux Arnaud, France
8 Defilippis Scott, USA
9 Wurf Cameron, Australie
10 Jeannin Guillaume, France
11 Pasteur Robin, France
12 Djouad-guibert Alain, Maroc
13 Garcia Frédéric, France
14 Jezko Ivan, Slovaquie
15 Jilek David, République Tchèque
16 Leboucher Thomas, France
17 Limousin Frédéric, France
18 Mika Tomas République Tchèque
19 Monchy Wouter, Belgique
20 Mulet Sébastien, France
21 Novikau Yuri, Biélorussie
22 Pochon Cyril, France
23 Tohara Kaito, Japon
24 Wielinga Remmert, Pays-Bas
25 Wymmersch Dominique, Espagne
26 Ericsson Patrik, Suède
27 Diemunsch Etienne, France
28 Croneborg Fredrik, Suède
29 Schmid Stefan, Allemagne
30 Fontana Daniel, Italie
31 Llanos Eneko, Espagne

Les femmes :
40 Bilham Emma, Suisse
41 Roberts Lisa, USA
42 Luxford Annabel, Australie
43 Lester Carrie, Australie
44 Deligny Camille, France
45 Comber Kate, Grande-Bretagne
46 Donat Camille, France
47 Maury Elise, France
48 Bartlett Nikki, Grande-Bretagne
49 Valentine Nicole, USA

Dans la même rubrique

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This