Sélectionner une page

L’attentat qui s’est déroulé mardi soir donne des sueurs froides aux organisateurs

Par Gaël Couturier. Photos NYRR, Marley White, Julienne Schaer.

Lorsque vous êtes journaliste et que vous avez prévu de suivre le marathon de New-York, vous avez certainement reçu aujourd’hui un billet doux sous la forme d’un email de la part des organisateurs, le  New York Road Runners. Celui-ci s’intitule sobrement « Déclaration du NYRR sur la tragédie qui vient de se dérouler à Manhattan » et met en garde contre des changements de programmes pouvant intervenir dans les jours à suivre. La course c’est dimanche. Le 4 novembre. Mais va-t-elle être annulée ?

Déclaration du NYRR sur la tragédie qui vient de se dérouler à Manhattan

L’email explique ceci : « Le New York Road Runners tient à apporter son plus profond soutien aux victimes, à leurs familles et à tout ceux qui ont été touché par la tragédie qui a frappé le bas de Manhattan mardi dernier. Nous travaillons de concert avec la ville, l’état de New-York et les agences fédérales, en particulier le NYPD. Pour ce weekend du marathon qui approche, comme avec tous nos événements d’ailleurs, la sécurité des coureurs, de notre staff, de nos bénévoles et des spectateurs est notre priorité absolue. Ensemble, nous avons mis en place des systèmes de sécurité extrêmement poussés, à la fois visibles mais aussi invisibles. Nous sommes toujours en constante réflexions sur nos actions à mettre en place avec les forces de police et de sécurité, et nous nous réservons par conséquent le droit d’opérer des modifications à notre dispositif ou de le renforcer ».

« Nous nous réservons le droit d’opérer des modifications à notre dispositif ou de le renforcer »

Cela signifie, qu’à l’heure actuelle, le New York Road Runners ne prend pas de décision mais commence à faire passer l’idée que des changements vont certainement être opérés tout autour du marathon.

Dans un premier temps, il s’agit sans doute de changements simples, ne remettant pas en question la course en elle-même : renforcement de la sécurité dans les zones d’accès aux dossards (l’expo du Jacob K. Javits Convention Center), d’accès à la ligne de départ sur Staten Island et d’arrivée dans Central Park, bien entendu. Mais au rythme où Donald Trump envoie ses Tweets rageurs, voulant prouver que son Amérique ne se laisse pas faire, on ne peut exclure des actions et des modifications plus lourdes de conséquences pour les coureurs et leurs familles. On peut ainsi sans mal imaginer que la course soit cantonnée à Central Park, à Staten Island, dans des stades, déplacée dans le New Jersey. On peut donc tout imaginer.

Pour ceux qui suivent un peu cette course, on ne se souvient que trop bien de l’année 2012 quand, après 42 ans de bons et loyaux services (le marathon a été créé en 1970 et avait toujours eu lieu, même en 2001 après les attentats du World Trade Center), l’ouragan Sandy avait mis fin à l’espoir de plus de 50 000 coureurs de s’élancer dans les rues de New-York. La décision avait été prise de concert, et avec raison, entre le maire, Michael Bloomberg et la directrice du NYRR, l’ancienne avocate Mary Wittenberg. J’étais dans la ville à ce moment-là, coincé dans ma chambre d’hôtel avec une grue qui menaçait de s’effondrer à peine quelques rues plus loin. J’avais moi aussi été privé de marathon. Mais la ville de New-York et ses habitants étaient en grandes difficultés, certains n’avaient plus de lumière, d’autres pataugeaient dans un mètre d’eau. Il était complètement immoral de continuer comme si de rien n’était. D’autant qu’il y avait eu des morts.

Ici aussi il y a des morts : 8 morts et 11 blessés exactement.

Depuis mardi soir, l’événement fait donc la une des news américaines et européennes. Il ne fait d’ailleurs plus aucun doute qu’il s’agisse d’un acte terroriste. Un sénateur américain nommé Lindsey Graham, camp des républicains de Caroline du Sud, a d’ailleurs résumé la situation : « Nous sommes en guerre ». A l’heure actuelle, même s’il est impossible de se prononcer sur l’annulation ou non du marathon de New-York, je crois qu’il faut raisonnablement s’y préparer. Disons que c’est une éventualité sérieuse. Oui, sérieuse.

L’annulation du plus important et du plus populaire marathon au monde soulignerait bien entendu, une fois de plus, que le terrorisme peut à tout moment bouleverser le cours de la vie en occident mais il soulignerait également que les autorités américaines préfèrent ne pas prendre de risques face à une menace réelle et qu’elles font tout pour mener cette guerre à bien en prenant soin de préserver sa population et ses touristes. On ne pourrait alors bien sûr leur en vouloir. Souvenons-nous des attentats du marathon de Boston qui avait fait 3 morts et des centaines de blessés, dont 16 avaient perdu des bras ou des jambes. C’est un spectacle qu’il ne faut jamais revoir.

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This