Sélectionner une page

Go Fast

Texte et photos Gaël Couturier

255g, drop de 7,5 mm (hauteur talon de 27,3 mm, hauteur avant-pied de 19,8 mm). Chaussure destinée au coureur rapide sur route comme en trail avec de préférence une foulée universelle. 120€.

Elle sait (presque) tout faire. Cette chaussure qui se destine à la fois à faire de la route et du trail est pour moi une vraie révolution & révélation mais je préfère préciser d’entrée qu’elle n’est pas destinée aux gros ultra trails bien engagés avec beaucoup de rochers sous les pieds ou un sol particulièrement dégradé comme on peut parfois en trouver en montagne type CCC dans les déserts type MDS.

Ses protections sont en effet plutôt limites : pas de renforts durs sous le pied au cas où vous poseriez le pied sur un rocher pointu, pas de barres anti-choc à l’avant du pied pour éviter de se ruiner les orteils si on bute sur une racine. Là où elle excelle en revanche c’est dans la fluidité, la vitesse, l’adaptation du chemin à la route et vice-versa. Et pourtant, cette Gobi – en référence au fameux désert éponyme Chinois : un terrain relativement peu escarpé – est passée plutôt inaperçue en France mais également aux USA d’où elle est pourtant issue et où peu de magasins ont malheureusement choisi de la distribuer. C’est pour moi une erreur stratégique tant ce modèle est de qualité mais je soupçonne fortement la marque de Boston, très à l’aise en ce moment dans le domaine de la course à pied sur route, de ne pas favoriser le trail running. Pour moi, ce modèle hybride n’a pas été assez poussé au niveau marketing pour en faire une star de la saison ainsi qu’une valeur sûre. Notons qu’elle emprunte beaucoup aux qualités de la fameuse Fresh Foam Zante v3 (244g, drop de 8 mm, hauteur talon de 26,6 et hauteur avant-pied de 18,6 mm), une VIP de la souplesse pour aller vite tout en étant bien amorti. Ces deux-là sont en réalité construites sur la même plateforme.

New Balance Fresh Foam Gobi
New Balance Fresh Foam Gobi aussi à l'aise sur route qu'en trail

La tige

Sa construction s’appelle FantomFit et se découpe en 3 couches distinctes. Elle retient l’humidité et empêche les débris externes de pénétrer à l’intérieur de la chaussure. Pourtant, à l’intérieur, une fois chaussée, aucune lourdeur : le pied est comme dans un chausson : aucune couture et une matière bien souple qui fait penser à un léger néoprène. Le mesh est en lui-même assez classique c’est à dire bien aéré et léger, mais solide. Enfin, pour couronner le tout, il y a cette doublure externe un peu plus dure que le reste. A voir sur les photos : c’est elle qui entoure, entre autre, le N de New Balance. Cette troisième couche donc, faite de fines matières plastiques contourne habillement le pied des lacets à la semelle intermédiaire et à 360°.

Cet effet 3 couches est, avec la semelle externe, la particularité qui permet vraiment à ce modèle de se positionner comme chaussures de trail running. Sur le devant du pied, les mots « toe protect » signifie que cette dernière pellicule externe fait office de protection sur l’avant-pied et les orteils. La protection est, comme je l’ai dit plus haut, très légère et ces mots sonnent dès lors comme étant un peu présomptueux.

Autre point important à noter et visible là aussi sur les photos : au niveau du collier de cheville, New Balance a réalisé un rembourrage bien agréable en course sur longue distance mais qui peut, les premiers temps, être un peu difficile à gérer car il peut être ressenti comme une gêne.

Il serre en effet bien le pied dans la chaussure et quand on la porte comme ça juste pour frimer…pardon, marcher, ce n’est pas forcément très agréable. Comme quoi  New Balance, avant d’être une des marques de sneakers lifestyle les plus portées de la galaxie est en réalité une vraie marque de running et de sport. Pour finir sur cette étonnante tige, les lacets sont très classiques mais ils sont plats et ne se dégradent pas ni desserrent au fil des km. Il n’y a pas de bandes réfléchissantes particulières comme sur la plupart des autres modèles des autres marques mais le design externe ici en forme de petites tâches ou gouttes sur tout le tour de la chaussure est particulièrement réfléchissant, ce qui est vraiment très rassurant. Ils sont forts quand même chez NB ! Non vraiment, sur cette tige, les designers et ingénieurs de Boston on réellement pensé à tout. Pour moi, nous avons là l’avenir de la tige de la chaussure de trail de compétitions rapides sur terrain soft.

Enfin, notez que la chaussure existe en taille 2 E c’est à dire avec un chaussant plus large. Malheureusement, je pense qu’elle ne peut se trouver qu’aux USA. Amazon Amazon…

La semelle intermédiaire

Depuis la Fresh Foam Zante v3, New Balance a quelque peu modifié la géométrie utilisée dans ses moules pour construire les semelles de ce type de chaussures. Non seulement cela améliore la souplesse de la semelle intermédiaire qui se plie davantage et plus facilement, mais également la souplesse de la semelle externe. Bien joué : le résultat est étonnant car à la fois doux comme de la soie et bondissant comme de la dynamite.

Clairement cette chaussure, je le répète, d’adresse au coureur léger qui veut être capable d’aller vite partout et dont la foulée est pure, sans aucun problème de pronation ou supination excessives. Pour une efficacité maximale, avec une telle chaussure qui ne comporte que très peu d’aide à la stabilité du pied pendant le déroulement de la foulée, on pourrait penser que vous n’avez pas du tout le droit à l’erreur, que le pied doit absolument se poser parfaitement au sol dans l’axe de la course sans s’écraser sans quoi c’est le ralentissement assuré, les muscles et les tendons qui souffrent voire la cheville qui dévisse – surtout en cas d’irrégularité soudaine et imprévue du terrain.

Cela dit, comme la Gobi est aussi une chaussure de trail – en plus d’être une chaussure de route – et que cette semelle reste quand même suffisamment souple pour pardonner pas mal d’erreurs, surtout à haute vitesse, vous ne risquez rien si votre foulée n’est pas complètement parfaite et issue d’un bouquin de référence en d’anatomie sportive ou de physiologie.

L’ensemble, et pas seulement la semelle intermédiaire cette fois-ci, reste en proportion plus rigide qu’une Fresh Foam Zante v3 à laquelle je la compare toujours. Elle sera donc tout aussi performante si votre foulée est parfaite mais sans doute moins agréable à porter si ce n’est pas le cas. Bref, si vous voulez être fort sur marathon sans prendre de risque, ne la chaussez sans doute pas car, au fond, ce n’est pas sa nature. En ce qui me concerne, vu que je ne suis pas très rapide, je ne suis jamais descendu sous les 3h30 au marathon, je n’hésiterai pas à la porter.

Question amorti, je dois là aussi avouer avoir été bluffé : la semelle est relativement fine tandis que le caoutchouc soufflé de New Balance est d’une qualité rare et irréprochable, sans oublier beau, design…looké quoi ! Le talon est bien sûr un peu plus amortissant que l’avant-pied. C’est aussi toute la beauté de ce modèle (oui je sais j’en suis amoureux que voulez vous) qui servira tout autant les coureurs qui attaquent plus par l’avant-pied ou bien à plat comme il faut le faire en théorie. L’avant-pied, sous les métatarses donc, est également bien souple, un tout petit peu plus rigide que sous le talon, mais vraiment, je le dis pour marquer la différence. C’est une répartition que je trouve bien plus intéressante sur cette Fresh Foam Gobi que sur son modèle, la Fresh Foam Zante v3 qui est beaucoup plus amortissante au talon, handicapant donc forcément plus les coureurs qui n’attaquent pas le sol par ce talon. Oui, je sais je suis vraiment rentré dans le détail là. Passons.

La semelle externe

Les crampons en forme de diamants sont légers, peu profonds mais bien en place pour une accroche efficace et une bonne souplesse de semelle. Je ne suis pas certain de leur très bonne résistance à l’usure toutefois car après une dizaine de sorties mixtes sur terrain gras et humide, mais également sur route, je les trouve bien rabotés ! Je note que cette usure ne touche pas trop les crampons de l’avant-pied et du talon, sans doute parmi les plus importants. Ouf, on est sauvé !

Conclusion

Cette Fresh Foam Gobi est légère, souple, bien amortissante et s’oublie très vite au pied. Une vraie belle réussite pour aller plus vite, plus haut, plus durement. Elle se destine à ceux qui vivent en ville et veulent mixer les terrains, recherchent une excellente chaussure rapide à tout faire pour tous les jours. Elle est parfaite sur toutes les distances, pour les plus rapides d’entre nous du moins.

Ce modèle séduira aussi tout ceux qui voyagent beaucoup et ne souhaitent pas se charger de deux paires de chaussures. Déjà un fan de New Balance depuis longtemps, je portais ces dernières années leurs chaussures seulement pour leur look et dans ma vie de tous les jours (petit frimeur…), lui préférant Hoka One One sur la route et Altra en trail. Si je ne rejette pas, loin de là, ces deux autres marques qui sont parmi mes préférées, je vais, grâce à cette belle et nouvelle Fresh Foam Gobi me remettre à courir en NB, avec assiduité et sur tous les terrains : sans peur, sans retenue et avec un plaisir non dissimulé !

A l’heure où se terminent les derniers préparatifs du marathon de Boston, la ville dont est originaire la marque, je n’ai qu’un mot à dire aux p’tits gars et filles de NB : Good job guys !

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This