Sélectionner une page

En apesanteur

Texte et photo Emmanuel Marotte

280g (mais pesée à 322g en taille 45), drop de 13mm (hauteur talon 32,7, hauteur avant-pied 19,7), 170€. Type de foulée universelle à la recherche d’une chaussure de course extrêmement bien pensée, souple et stable, qui offre une sensation de course légère et plutôt agile. « Sont forts ces Suisses ! » on-running.com

Tester  une paire de suissesses « ON », c’est un peu comme monter en Ferrari. Disons que ça n’arrive pas tous les jours. ON est une marque suisse dont on entend parler – il parait qu’elle existe – mais que l’on croise rarement voire, en ce qui me concerne, jamais… En attendant  l’arrivée de ma Cloud Flyer,  j’ai visité le site internet de la marque, un site des plus sympathiques de la planète running et où il est vraiment très facile de se retrouver. Je cherche ma Cloud Flyer… ah, la voilà ! Un descriptif, un peu de blabla, des photos sympas et même un petit logiciel très ludique pour trouver la bonne pointure – c’est important. On vous demande de choisir une paire de shoes dans votre placard – bon, moi je prends une vieille All Star Converse des années 80. On me demande la taille et hop, le logiciel vous donne la bonne pointure pour vos ON. C’est tout simple…mais à la lecture de mon résultat, je n’en crois pas mes yeux. J’ai pour ne rien vous cacher un gros gros doute sur la pointure donnée. Ça me semble petit. Une fois la chaussure livrée chez moi, je fais l’essai. Et non, c’est la bonne taille. Conclusion : Attention mesdames et messieurs, cette chaussure taille grand. L’idéal étant donc d’aller l’essayer en boutique. Pour le choix des couleurs, il y a 5 possibilités pour les hommes et 5 pour les femmes. Rien que ça ! Il  y en a donc pour tous les goûts, de la plus fun à la plus sobre.

La tige

Ce chausson est très classe. Tous les matériaux choisis sont de haute qualité. Au toucher, on se rend compte que ça ne plaisante pas ! Quand vous l’avez en main, ou aux pieds, l’ensemble est vraiment très léger. Bref, ça me semble être top confort. Une fois chaussé, aucun point de compression : le chausson est ferme, surtout au niveau de l’arche du pied pour plus de contrôle, mais confortable et la languette un peu épaisse procure un confort supplémentaire. C’est un néoprène souple à l’extérieur et moelleux à l’intérieur. Du douillet donc, d’autant que le mesh est bien aéré et les coutures ne sont pas à l’intérieur. Le système de laçage est innovant. Il est en forme d’étoile sur la partie basse ce qui est sensé procurer un meilleur confort. Même s’ils tiennent en place, moi je les trouve trop fins ces lacets, je le dis. Même en position statique, le confort de la Cloud Flyer est étonnant. Une vraie pantoufle. Une chaussure qui s’oublie. Pendant mes sorties, de la piste à faire du fractionné jusqu’à des sorties longues de 20 km maximum, je n’aurai jamais de gêne, jamais de frottement, jamais de pression. Rien. Rien de rien. C’est presque la chaussure invisible, si ce n’est pour son coloris dont le nom est pour le moins original – « glacier et spice » – sinon frimeur.

Semelle intermédiaire

Elle est là l’innovation ! Le nom : CloudTec. Il s’agit de 12 « nuages » (cloud en anglais) composés d’une mousse Zero-Gravity et destinée à offrir un amorti inégalé, sans poids superflus ou contrôle limitant la liberté du pied. En réalité, ces nuages, tenus ensemble par une pièce de plastique plane, assurent un amorti précis et « intelligent » pile là où le besoin se fait sentir. Une fois le pied au sol, les « nuages » s’affermissent et offrent une semelle finalement comme les autres mais qui, un peu comme des Newton, va jouer de la propulsion pour vous envoyer en l’air, littéralement. C’est aussi la raison pour laquelle lorsqu’on porte ces chaussures en marchant, on a le sentiment d’avoir sous le pied une semelle dure, trop dure. En courant, en revanche, le mauvais effet s’estompe et la chaussure redevient agréable. Par contre, quand vous posez mal le pied au sol, la chaussure claque, un peu comme une sandale. Ce n’est pas franchement gênant et permet même de vous corriger au bruit afin de rendre plus propre sa foulée. Au final, c’est une semelle bien dynamique pour tous les types de sortie, sur route comme sur piste, à l’amorti très souple, du talon à l’avant-pied.

Semelle d’usure

La plateforme CloudTech est large et offre donc une grande stabilité. C’est clairement un gain au niveau du confort car la chaussure est très stable. Sur sol mouillé, j’ai trouvé que les petites encoches de semelles permettaient aussi une belle accroche. Le seul hic c’est qu’avec toutes ses ouvertures sur la semelle, des cailloux peuvent venir s’y glisser.

Conclusion

C’est une chaussure chère, mais elle ne m’a personnellement jamais déçue. Pour moi c’est un contrat rempli car j’ai eu le sentiment de courir avec « un amorti et une stabilité supplémentaire, mais sans le poids ». C’est une phrase tirée du site de la marque mais que je reproduis ici car elle correspond bien à mon ressenti. Je pense que je serai plus à l’aise avec ce modèle sur des distances plus longues, du semi au marathon, mais bon, elle est vraiment capable de tout.

NDLR : les couleurs ont été retouchées pour un aspect créatif. Elles ne correspondent donc pas à la réalité du produit. Plus d’infos sur on-running.com

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This