Sélectionner une page

Le record du monde du semi-marathon féminin est tombé à 1h06’11 »

Par la rédaction. Photos © Jean-Pierre Durand pour IAAF
Cela s’est passé ce samedi 24 mars, lors des championnats du monde IAAF du semi-marathon Trinidad Alfonso Valencia en Espagne. Un record du monde a donc été battu. Mais ce n’est pas la favorite de la course, la kenyane Joyciline Jepkosgei, qui s’est imposée.
Joyciline Jepkosgei reste encore titulaire du record du monde sur la distance dans la catégorie « Mx » (mixed gender race) avec un chrono de 1h04’51 ». La gagnante du jour est l’Éthiopienne Netsanet Gudeta. Netsanet Gudeta – avec le nom Kebede sur son dossard en référence à un de ses noms de famille – a en effet suivi le rythme effréné des kenyanes et placé une attaque décisive au 14ème kilomètre pour se défaire de la kenyane Joyciline Jepkosgei mais également de sa compatriote encore méconnue, Pauline Kamulu. En franchissant la ligne, Netsanet Gudeta a ainsi réduit de 14 secondes le record du monde de Lornah Kiplagat, tout en réduisant de 1’15 » son meilleur chrono, réalisé à Delhi, en Inde, et en novembre dernier. Après avoir franchi la ligne, elle s’est un temps laissé tomber à terre avant d’être très élégamment relevée par la championne hollandaise dont elle venait de battre le record.
Le record du monde du semi-marathon féminin est tombé à 1h06'11''

Un départ propre aux records

Un groupe de 13 coureuses composé des trois Kenyanes, cinq Éthiopiennes et une Bahreïnie a avalé les trois premiers kilomètres en 9’20 ». Sur ces premiers kilomètres, il y avait des vents violents qui prenaient les coureurs de dos. Le groupe a ensuite subi un léger ralentissement peu avant que la marque des 5 km ne soit franchie en 15’39 ». Un trio kenyan composé de Ruth Chepngetich, Jepkosgei et Kamulu forçait alors le rythme, avec 10 autres athlètes utilisées judicieusement pour leur couper le vent qui leur venait maintenant de face. Travaillant ensemble, c’est entre le 7ème et le 8ème km que Jepkosgei et Kamulu ont commencé à accélérer. Seules Netsanet Gudeta, sa compatriote Éthiopienne Meseret Belete ainsi que la détentrice du record asiatique et originaire du royaume de Bahreïn, Eunice Chumba, réussissaient à rester avec elles.

Le record du monde du semi-marathon féminin est tombé à 1h06'11''
Le record du monde du semi-marathon féminin est tombé à 1h06'11''
Au km 10, passant en 31’38 », Belete commençait à souffrir. Un gap de 11 » s’était même créé avec la 3ème Éthiopienne, Zeineba Yimer. Le quator de tête allait se battre pour les médailles. Gudeta était encore fraiche. Alors elle a accéléré : après avoir parcouru 13 kilomètres et traversé le célèbre Turia Gardens, elle a voulu tester la résistance de ses rivales. Initialement, seule Kamulu a suivi. Passant le km 15 en 47’30 », avec quatre secondes d’avance sur Kamulu et quatre secondes supplémentaires sur Jepkosgei, Netsanet Gudeta semblait encore détendue. Une fine pluie a alors commencé à tomber sur la course. Netsanet Gudeta a passé le km 18 en 56’45 » pour ramener le record du monde en vue, puis a encore accéléré pour passer 20km en 1h02’53 », à 40 secondes de Kamulu. Après le virage qui la menait dans la longue ligne droite vers la finish line, à côté du Musée des Ciències Príncipe Felipe, l’horloge n’avait pas encore atteint 66 minutes. Gudeta a alors puisé profondément en elle pour offrir aux spectateurs un sprint spectaculaire sur les 150 derniers mètres et entrer dans l’histoire, sans oublier de prendre la prime du record du monde de 50 000 $ US.
Le record du monde du semi-marathon féminin est tombé à 1h06'11''
Le record du monde du semi-marathon féminin est tombé à 1h06'11''

« La course s’est déroulée comme je l’avais prévu. Je n’avais en tête qu’une seule chose : la médaille d’or » a déclaré peu après la course celle qui avait terminé 6ème et 4ème des deux derniers championnats du monde sur la distance. Elle a ensuite confirmé que son plan était bien de laisser les kenyanes aux avant-postes sur la première partie de la course et que son entraînement lui a permis de tenir un rythme très élevé jusqu’à la finish line. Derrière elle, Jepkosgei retrouvait de l’énergie dans les trois derniers km. Au km 20, elle revenait sur Kamulu avant de la dépasser de justesse et terminer en 1h06’54 ». Kamulu passait quant à elle en 1h06’56 ». De son côté, Chumba manquait de peu de finir sur le podium et d’offrir au Bahreïn sa toute première victoire dans un championnat du monde IAAF de semi-marathon. Elle termine en 1h07’17 ».

Le record du monde du semi-marathon féminin est tombé à 1h06'11''
Le record du monde du semi-marathon féminin est tombé à 1h06'11''
Chez les hommes, il y eu moins de surprises car le kenyan Geoffrey Kamworor s’est imposé après avoir placé son accélération sur les 6 derniers km en 1h00’02 ». Derrière lui, c’est le Bahreïni Abraham Cheroben qui remporte la médaille d’argent et l’Érythréen Aron Kifle pour celle de bronze.

Dans la même rubrique

Pin It on Pinterest

Share This