Sélectionner une page

En avoir ou pas.

Par Gaël Couturier. Photos SAXX.

En 2006, Trent Kitsch, un joueur de baseball américain, part en expédition de pêche avec ses potes en Alaska. Un ricain quoi. Après avoir passé plusieurs heures dans sa combinaison froide et moite, en subissant l’inconfort qui va avec – frottements, irritations, lambeaux de peau qui partent … je ne vous fais pas un dessin – le jeune garçon réalise qu’il doit bien y avoir une meilleure idée pour éviter les frottements à l’entrejambe qui déchirent (au sens propre). En réalité, pour notre Trent, il n’y en a pas. Il crée donc SAXX. Un truc pour les mecs qui en ont.

Ancien joueur de baseball, Trent pense à la structure en « hamac » du gant classique du receveur … mais à l’envers et à l’entrejambe. Pas bête le gars. Au retour de son voyage, il se met donc au travail avec une couturière et un designer, en jouant lui-même le rôle du mannequin. Pas bête le gars 2.0.

Le but

Créer un hamac donc pour … entrejambe. Comment ? Avec plusieurs panneaux de tissus, pour isoler et séparer … les parties fines & intimes pour nous, les hommes. Après quatorze prototypes – le pauvre – la poche BallPark® est enfin prête pour l’action, ou le repos plutôt. Ahhhhh. Le but : « Offrir une gamme de vêtements haut de gamme qui changent la vie des utilisateurs, en les laissant libres de leurs mouvements, sans aucune restriction » nous dit le garçon. Des vêtements qui se font oublier en quelque sorte, qui améliorent notre expérience au quotidien mais surtout dans le sport.

La technologie

Chaque sous-vêtement SAXX est donc d’abord doté de la poche BallPark® brevetée. La marque encore : « Conçue pour un soutien sans contact, cette poche semblable à un hamac en 3D garde tout en place ». Belle promesse ! Chaque sous-vêtement est donc conçu en prenant en compte les courbes et les contours des hommes, pour offrir un soutien sans restriction. Neuf panneaux de tissus, y compris les panneaux en maille de la fameuse poche BallPark® brevetée, s’articulent en 3D autour des fessiers, des cuisses, des quadriceps et des ischio-jambiers. Que du beau muscle madame monsieur. Ensuite, il y a le tissu qui évacue bien l’humidité : micromesh extensible et performant, il  sèche également très rapidement.

Ce que j’en pense

Et bien franchement, contre toute attente – j’ai longtemps pensé que c’était un attrape couill…on – le design est intéressant. Il faut juste penser à bien y faire glisser des petites parties dans la poche conçue pour elles et le tour est joué. C’est confort. On est bien installé. Pour le running, il faudrait idéalement intégrer ce design directement dans un short mais on peut imaginer que pour éviter les frottement sur les longues distances où la météo peut être maussade, ce genre de produit se justifie. Si je devais me retaper l’UTMB, par exemple, moi, c’est sûr que je l’adopterais. Grâce aux panneaux en maille qui empêchent les frottements peau à peau et aux coutures non apparentes, le confort est total, sans irritations. Not bad.

Le diable est dans les détails.

La collection SAXX dans son entier est dotée de coutures plates : contrairement à la plupart des fabricants de sous-vêtements qui placent l’envers de la couture contre la peau, SAXX place le côté le plus plat de la couture – et donc le plus doux – à l’intérieur, pour un confort sans frottements. A noter que la marque s’est depuis spécialisée dans les activités intenses, plus intenses que la pêche. Oui ça vaut mieux. La preuve : ses athlètes « sponso » qui vont des sports de glisse au baseball en passant par le Nascar et la NBA. Chaud chaud les gars ! Visez plutôt :

Mark Healey

Originaire d’Oahu North Shore, Mark  est un surfeur de l’extrême ayant pris à la rame des vagues de plus de 20 mètres. Le Waterman ne laisse rien au hasard : exercices de respiration, stretching, yoga, cardio et même bains de glaçons (mais pas dans le caleçon) font partie de l’entrainement.

Jacob Joseph Arrieta

Jake Arrieta est un pitcher (lanceur) américain de la Major League Baseball évoluant aux Cubs de Chicago. Sa condition physique et son entrainement sont assez intenses. La routine de Jake est épuisante et nécessite le maximum de confort et de soutien. « Mon accent est toujours mis sur la flexibilité, la force et l’intensité des mouvements. Avec le bon équipement, il est beaucoup plus facile de se concentrer sur ce qui est important » dit-il. On le croit sur parole.

Ken Bolocks…ah non, Ken Block, pardon, j’ai mal lu.

C’est un pilote et un innovateur, un agitateur de l’industrie automobile même. Ken est un peu foufou mais sait ce que signifie le haut niveau et l’expertise pro. Idem, moi je lui fais confiance au gars.

Kevin Love (si si c’est son vrai nom…)

Kevin évolue en NBA. C’est un ailier chez les Cavaliers de Cleveland. Il a sa propre collection chez SAXX. Ah le pouvoir de la NBA quand même. « J’ai vraiment mis mon empreinte dans cette collection afin de faire vivre ma vision. Je ne peux être plus heureux en voyant le résultat ». Tout pareil Mr Love, tout pareil.

Bref bref, « Glace coco, qui veut de la glace coco ? » ou « Même pas mal d’abord » c’est à vous de voir. Ou alors « Liberté, égalité, fraternité ». Carrément ouais.

Dans la même rubrique

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This