Sélectionner une page

Ou pourquoi les mangeurs de Corn-Flakes auraient dû tous rester à la maison, 1ère partie.

Par François-Xavier Gaudas & Gaël Couturier. Photos © UTMB®

Depuis l’annonce du plateau le plus relevé de l’histoire de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, il y a maintenant presque 6 mois, le petit jeu des pronostics bat son plein et plusieurs questions nous brûlent les lèvres. C’est le moins qu’on puisse dire. La plus importante, concerne les boys : qui de Monseigneur Kilian Jornet – triple vainqueur de l’épreuve – Môsieur François d’Haène – double vainqueur – ou la nouvelle star Hoka One One, l’américain Jim Walmsley – le gars qui court plus vite que son ombre mais qui se perd généralement au bout 150 km – sera le plus fort ce week-end sur environ 171 km de sentiers mythiques, avec 10 000m de dénivelé positif ?

Commençons toutefois par les filles : la bataille pour la couronne UTMB® 2017 va aussi être particulièrement sanglante. Faites comme nos confrères d’irunfar.com et notez bien tous ces noms classés ici par ordre alphabétique pour les suivre en direct live sur http://dai.ly/x249y16 : Gemma Arenas (Espagne), Juliette Blanchet (France), Magdalena Boulet (USA), Caroline Chaverot (France), Sophie Grant (UK), Stephanie Howe (USA), Andrea Huser (Suisse), Mimmi Kotka (Suède), Aliza Lapierre (USA), Emilie Lecomte (France), Kaci Lickteig (USA), Kaori Niwa (Japon), Beth Pascall (UK), Núria Picas (Espagne). On peut encore citer : Tara Berry (Canada), Christina Bes (Espagne), Wyan Chow (Hong Kong), Laia Diez (Espagne), Meredith Edwards (USA), Leslie Howlett (USA), Sally McRae (USA), Maria Nikolova (Bulgarie), Lucinda Santos Sousa (Portugal), Maria Semerjian (France), Alissa St Laurent (Canada), Adriana Vargas (Argentine), Joelle Vaught (USA).

 

Chez les hommes enfin, voici certainement et par ordre alphabétique encore, les coureurs les plus dangereux de la course UTMB® : Dylan Bowman (USA), Jeff Browning (USA), Sébastien Camus (France), Sage Canaday (USA), Pau Capell (Espagne), Tòfol Castanyer (Espagne), Julien Chorier (France), François D’haene (France), Yeray Durán (Espagne), Jordi Gamito (Espagne), Gediminas Grinius (Lituanie), Miguel Heras (Espagne), Didrik Hermansen (Norvège), Kilian Jornet (Espagne), David Laney (USA), Andrew Miller (USA), Giulio Ornati (Italie), Diego Pazos (Suisse), Andy Symonds (UK), Xavier Thévenard (France), Tim Tollefson (USA), Jim Walmsley (USA). A ceux-là, on peut aussi rajouter : Jordi Bes (Espagne), Patrick Bohard (France), Stephan Brogniart (France), Sébastien Buffard (France), Guillaume Calmettes (France), Kim Collison (UK), Yassine Diboun (USA), Takashi Doi (Japon), Ryan Ghelfi (USA), Scott Hawker (Australie), Wataru Iino (Japon), Nate Jaqua (USA), Daniel Jung (Italie), Dominick Layfield (USA), Mikael Pasero (France), Petter Restorp (Suède), Carlos Sá (Portugal), Sebastián Sánchez (Espagne), Sangé Sherpa (Nepal), Francesc Solé (Espagne), Vaidas Zlabys (Lituanie)

Côté CCC®, l’autre course qui attire le plus les regards – normal, avec l’UTMB c’est aussi la plus ancienne et donc la plus prestigieuse – voici les favoris. Le départ c’est demain matin. Les femmes d’abord : Hillary Allen (USA), Anna Comet (Espagne), Clare Gallagher (USA), Camille Herron (USA), Megan Kimmel (USA), Maite Maiora (Espagne), Nathalie Mauclair (France), Teresa Nimez (Espagne). Il y a encore : Delphine Avenier (France), Kristin Berglund (Suède), Delphine Biollaz (France), Laia Canes (Espagne), Tracy Dean (UK), Keely Henninger (USA), Laura Kline (USA), Simona Morbelli (Italy), Eva Moreda (Espagne), Virginia Oliveri (Italie), Manikala Rai (Népal), Miki Saiko (Japon), Cassie Scallon (USA), Amy Streeter (USA), Janessa Taylor (USA), Kelly Wolf (USA), Alicia Woodside (Canada).

Et chez les messieurs : Ryan Bak (USA), Giuliano Cavallo (Italie), Erik Clavery (France), Aurélien Collet (France), Hayden Hawks (USA), Juan Jimenez Llorens (Espagne), Jorge Maravilla (USA), Tom Owens (UK), Ludovic Pommeret (France), Ryan Sandes (Afrique du Sud), Vajin Armstrong (Nouvelle Zélande), Victor Bernad Blasco (Espagne), Michael Borst (USA), Matthew Brennan (UK), Avery Collins (USA), Benjamin Duffus (Australie), Rachid El Morabity (Maroc), Jake Hegge (USA), Vlad Ixel (Australie), Moisés Jiménez (Vénézuela), Yan Longfei (Chine), Paddy O’Leary (Ireland), Yoann Stuck (France), Marcin Świerc (Pologne).

Une info à conserver en tête : les records de l’épreuve reine sont détenus par l’Américaine Rory Bosio (2013) en 22h37’26 » et François D’haene (2014) en 20h11’44 ».

Dernière minute !

Hier soir en début de soirée, la place du Triangle de l’Amitié de Chamonix a accueilli les premiers vainqueurs de la semaine de l’UTMB®. Michel Lanne (FRA) et Mimmi Kokta (SUE) chez les filles ont en effet franchi en vainqueurs la ligne d’arrivée de la TDS®, un an après avoir remporté, tous les deux, la CCC®. Partis à 6h00 du matin de Courmayeur (ITA), les 1818 concurrents de cette épreuve longue de 119 km et 7 200 m D+ ont pu profiter d’une météo idéale sur le parcours, et savourer les panoramas offerts au col du Petit Saint Bernard, au Cormet de Roselend, ou au col du Joly.

Sous une chaleur estivale, Michel Lanne s’est rapidement porté en tête de l’épreuve. Dès le 30e km, on retrouve le Pyrénéen accompagné de Pascal Giguet, suivis de près par un petit groupe composé notamment de Pablo Villa, Sylvain Camus, Daniel Jung, Fulvio Dapit et Sacha Devillaz. Au passage du Cormet de Roselend (km65), les écarts sont faits. Michel Lanne affiche sa sérénité en tête de course, alors que Jung, à 5 minutes, montre des signes de fatigue, et qu’un duo français, composé de Sylvain Camus et Antoine Guillon, reste en embuscade, à un petit quart d’heure.

Ces deux derniers athlètes expérimentés ont animé la fin de course, en effectuant une remontée fantastique dans les derniers kilomètres, comme Antoine Guillon en a l’habitude. Parfaits dans leur gestion de l’effort, les deux hommes sont revenus tout près de Michel Lanne. Ce dernier résiste cependant à ce retour de l’arrière pour s’imposer finalement en 14h33:09 : « Jai tout donné, je me suis mis minable mais j’ai gagné… 100, 120 km, c’est ma distance, je me régale ». Sylvain Camus et Antoine Guillon complètent donc un podium masculin entièrement tricolore, en terminant main dans la main sur la ligne d’arrivée, à seulement 3’05 de Michel Lanne.

Le suspense a moins duré sur la course féminine, tant Mimmi Kotka, vainqueur elle-aussi de la CCC® 2016, a écrasé la concurrence et dominé l’épreuve. La souriante Suédoise termine même 10e du classement scratch (15h47), devançant à l’arrivée Maud Gobert de 2h24, et la Hongroise Ildiko Wermescher (3e), de 2h32. La majorité du peloton de cette TDS® a passé la nuit dans la montagne, se confrontant à un changement de météo notoire, puisque la pluie a fait son apparition aujourd’hui sur le parcours, et que les températures ont chuté. Des conditions météo qui n’ont pas empêché les 1 565 concurrents de l’OCC® de s’élancer ce jeudi matin, à 8h15, de Orsières (SUI) pour 56km et 3500m D+. Sur un tracé nerveux, le Français Thibaut Baronian a lancé la course sur des bases rapides, accompagné du Japonais Ruy Ueda. Plus prudent, Marc Lauenstein (SUI) produit son effort ultérieurement et l’emporte finalement en 5h19:34, devant Thibaut Baronian et l’Espagnol Ivan Camps. C’est à 14h26 qu’Eli Gordon Rodriguez (ES), jusque là inconnue, franchit la ligne d’arrivée, 7 minutes devant Emelie Forsberg (SE), inscrivant ainsi son nom dans l’univers du trail.

Dans la même rubrique

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This